Beltaine : La fête du feu

Ça y est, le mois de mai est arrivé! Et avec lui, la promesse du beau temps et de l’été qui arrive. Nous sommes désormais au cœur du printemps, les fleurs poussent, les animaux pointent le bout de leur nez et partent à la recherche d’un.e partenaire et le soleil se fait de plus en plus présent. On dit souvent qu’ « en mai, fait ce qu’il te plait » et Beltaine est une façon de plus d’affirmer ce dicton populaire. Je ne sais pas pour vous, mais c’est vraiment mon moment préféré pour aller me perdre dans les bois et observer la nature et les animaux. C’est aussi la saison des terrasses (rendez-vous le 8 mai, mes witch belges!), des soirées à refaire le monde entre ami.e.s et des premières sorties à l’extérieur sans nos gros pulls et manteaux, le bonheur quoi!

Signification

Beltaine (ou Beltane) se célèbre soit la veille soit le jour du premier mai. Tout comme Samhain, c’est un moment où le voile entre le monde réel et le monde invisible se fait plus fin, c’est par conséquent l’occasion parfaite pour honorer des créatures telles que les gnomes et autres fées. Beltaine est l’un des sabbat majeur de la Wicca mais également une fête Celtique très connue encore célébrée aujourd’hui. Lors de la christianisation des populations durant le Moyen-âge, les célébrations de Beltaine étaient interdites mais vous vous doutez bien que personne ne s’en souciait. Ces célébrations clandestines, ayant lieu la veille du premier mai ont par conséquent été renommées en « nuit des sorcières » ou « nuit de Walpurgis » par l’église.

Continuer la lecture de Beltaine : La fête du feu

Phases lunaires : Mars 2021

Hello witches! Je vous partage aujourd’hui ce que j’aime appeler « mes lunes ». C’est un exercice auquel je me prête chaque mois et que j’inscris religieusement dans mon grimoire à l’aide de feutres métallisés, paillettes et grand renfort de gribouillages. J’ai donc pris le temps de numériser tout cela pour le partager et détailler avec précision les quatre grandes phases de la lune pour le mois de mars.

Pourquoi traquer les phases de la lune ?

Pourquoi traquer les phases de la lune, me direz-vous. Et bien pourquoi pas? La lune a une influence sur la nature et son fonctionnement, les marées en sont l’exemple le mieux connu. De nombreux articles scientifiques traitent d’ailleurs du sujet. D’un point de vue magique, on peut également organiser son jardin en fonction de la lune et certaines plantes seront donc plus puissantes si elles sont récoltées au moment approprié.

Si la lune n’y est à priori pour rien dans la bonne croissance des plantes, elle possède des propriétés magiques qui sont utiles aux witches en herbe. On va donc pouvoir prédire certaines action sur la nature en fonction des phases de la lune. 

Continuer la lecture de Phases lunaires : Mars 2021

Witch Please – Jack Parker

Voici l’arrivée du premier livre « witchy » sur ce blog! Lorsque que j’ai vu que Taous Merakchi (alias Jack Parker) avait sortit un grimoire de sorcière moderne : Witch Please, j’ai n’ai pu résister très longtemps. J’ai fini par acheter la version poche, plus en adéquation avec mon petit budget mais je bave toujours devant l’édition de Pygmalion qui est juste magnifique.  Les illustrations qu’on retrouve à l’intérieur et en couverture du bouquin sont de Diglee, allez checker son insta de temps en temps, elle fait des choses fantastiques. J’ai donc lié la lecture de cette petite pépite avec mon Astro Book Challenge (vous l’aviez vu venir hein), il vient valider la catégorie « Né.e sous une bonne étoile » du menu « Les signes du destin » pour les thèmes : spiritualité et développement personnel. 

Éditeur : Pygmalion
Publication : 2019
Genre : ésotérisme, spiritualité, développement personnel
Nombre de pages : 254

Un nouveau mouvement est en pleine expansion : celui de la sorcellerie moderne. Celle qui s'adapte au monde dans lequel nous vivons, aux changements de la société, des mentalités, aux nouvelles générations qui sont en train, doucement mais sûrement, de modifier complètement la face du monde. La sorcellerie est un moyen de rendre sa vie plus chouette, de reprendre le pouvoir, d'agir sur tout un tas de choses. Pourquoi ça ne devrait être réservé qu'à une élite ? Cet ouvrage est un point de départ. Je vais vous donner des clés, des pistes, des idées et ce sera à vous d'en faire ce que vous voudrez pour adapter votre pratique à votre personnalité.

Vous aviez peut-être déjà croisé « Jack Parker » au détour d’un article de Madmoizelle ou via la newsletter « Witch, please » qu’elle postait il y a de ça quelques années. Vous vous doutez bien que c’est via ces newsletter que j’ai connu Taous Merakchi et sa manière si caractéristique de partager son art. Comme indiqué sur la couverture, ce n’est pas vraiment un roman mais bien un grimoire de sorcellerie moderne que nous propose l’autrice. Ça faisait longtemps que je ne l’avais plus lue et j’ai redécouvert son style avec bonheur, ce n’est pas le genre de manuel dans lequel on s’attarde sur des manières et les choses sont dites telles qu’elles sont et avec humour. 

Ce qui m’a le plus amusée dans cet ouvrage ce sont les similitudes que je partage avec Taous dans mon approche de la sorcellerie. Elle y donne les clefs et astuces pour se lancer tout en encourageant chaque personne à définir son propre style, ce que je trouve vraiment important. Le ton y est bienveillant et dénué de jugement tandis que les conseils, recettes et autres données utiles raviront les witch débutant.es. Vous y trouverez par exemple des tables de correspondance, la description modernisée des sabbats et des idées pour créer votre grimoire.

Personnellement, je l’utilise comme aide-mémoire, un peu comme un outil même lorsque je veux vérifier quelque chose mais j’y ai également découvert des pratiques que je n’avais pas envisagées ainsi que des chemins que je n’avais jamais osé emprunter. 

En définitive, si la sorcellerie vous intrigue ou que vous vous considérez un tant soit peu witchy, ce livre sera une précieuse addition à votre bibliothèque!

Circé – Madeline Miller

Je continue mon voyage littéraire dans le monde du Pumpkin Autumn Challenge avec Circé de Madeline Miller. Il valide le menu « Automne Douceur de vivre » et la sous-catégorie « A window to the past » et correspond aux mots-clefs sorcière et magie. Avis aux amateurs de mythologie grecque, je conseille d’ailleurs à toute personne de se faire un petit bagage mythologique avant de se lancer dans la lecture car je pense qu’on peut vite s’y perdre. 

Éditeur : Pocket
Publication originale : 2018
Genre : Fiction historique, mythologie
Nombre de pages : 576

Fruit des amours d'un dieu et d'une mortelle, Circé la nymphe grandit parmi les divinités de l'Olympe. Mais son caractère étonne. Détonne. On la dit sorcière, parce qu'elle aime changer les choses. Plus humaine que céleste, parce qu'elle est sensible. En l'exilant sur une île déserte, comme le fut jadis Prométhée pour avoir trop aimé les hommes, ses pairs ne lui ont-ils pas plutôt rendu service ? Là, l'immortelle peut choisir qui elle est. Demi-déesse, certes, mais femme avant tout. Puissante, libre, amoureuse...

Étant enfant, je nourrissais une certaine passion pour la mythologie grecque. J’étais fascinée par les histoires des dieux, les genèses, mythes et autres récits légendaires. Je ne m’y étais plus aventurée depuis de nombreuses années et la perspective de m’y replonger me réjouissait d’avance. J’avais bien évidemment déjà entendu parler de Circé, la première sorcière qui est souvent représentée dans l’Histoire de l’Art. On la retrouve souvent en tant que tentatrice jalouse et séduisante et la chose qu’on connait le mieux à son propos c’est qu’elle transforme les hommes en porcs. Circé a donc très mauvaise réputation, c’est une sorcière, elle déteste les hommes, les tente et les puni sévèrement.

Ce que j’ai trouvé intéressant dans le roman, c’est qu’il retrace toute l’existence de Circé et c’est son point de vue qui est retranscrit. Elle n’est plus relayée au second plan ou croisée au détour de la quête d’un héros. Les rôles s’inversent et elle devient l’héroïne de sa propre histoire, relayant les héros (Jason, Ulysse, Dédale,…) dont on a l’habitude au second plan. Cette une facette complètement différente de Circé, débarrassée des codes sociétaux et des visions puritanistes qui nous est présentée. Les jugements moraux et étiquettes péjoratives qui lui collaient aux semelles tombent les unes après les autres dans une réécriture plus féministe. Circé est une figure marginale, qui déjà à l’Antiquité, ne rentre pas dans les cases et ne se conforme pas aux règles de bienséances. Son parcours, tel que décrit a pas mal résonné en moi car il est similaire à tout ceux des figures féminines fortes à travers les âges, souvent diabolisées et / ou perçues comme des objets de désirs. De nos jours encore, rien ne semble plus effrayer le système en place, qu’une femme qui découvre l’étendue de son propre pouvoir. 

Wright Barker (British Painter, 1864-1941), Public domain, via Wikimedia Commons