Imbolc : le retour de la lumière

Imbolc, c’est aujourd’hui! Si tu es apprenti.e sorcière (oui, les hommes peuvent être des sorcières aussi, je ne masculiniserai pas le mot), tu t’es peut-être déjà heurté.e aux sabbats tels que décrits dans la Wicca. Pour faire simple, les sabbats (célébrations) sont divisés en deux grandes catégories : mineurs et majeurs et font partie de la roue de l’année, qui est un peu le calendrier Wiccan. Ces sabbats sont pour la plupart issus de fêtes païennes, notamment Celtiques.

Les sabbats majeurs sont les suivants

  • Imbolc : 1 – 2 février
  • Beltaine : 1er mai
  • Lugnasad / Lammas : 1er août
  • Samhain : 31 octobre

Les sabbats mineurs sont les suivants

  • Ostara : l’équinoxe de printemps
  • Litha : le solstice d’été
  • Mabon : l’équinoxe d’automne
  • Yule : le solstice d’hiver

artwork : @craftingwitch

La signification d’Imbolc

Imbolc marque le retour imminent du printemps. C’est la période de l’année ou les premières plantes se mettent à pousser malgré la présence du froid et de la neige (lorsqu’on est assez chanceux pour en avoir). C’est aussi significatif du retour de la lumière, de l’espoir et du retour à la vie. C’est une période de renouveau et de purification, on laisse l’hiver derrière nous afin de se concentrer sur la saison à venir. Imbolc nous rappelle que les beaux jours finissent toujours par revenir et que l’obscurité n’est pas permanente. 

L’une des choses les plus fréquente à faire pour célébrer Imbolc, c’est d’allumer une ou plusieurs bougies. Se faisant, on invite le soleil à revenir, l’idée est donc bien d’inviter la lumière et de l’accueillir. 

Toute activité en rapport avec le soleil est donc bienvenue : confection d’attrape-soleil, fabriquer des bougies, allumer un feu de camp,…

En relation avec le retour du printemps, on peut également décider de préparer ses futures semailles, désherber et préparer son potager, s’occuper des plantes vivaces,… 

On a parlé un peu plus haut de purification et de renouveau, on peut donc en profiter pour aérer et nettoyer sa maison, c’est le moment de faire le tri et de se débarrasser du superflu, ce qui nous pèse. On peut en profiter pour faire ce genre de tri mentalement aussi, c’est le moment idéal pour terminer les projets en cours et d’en commencer de nouveaux. Pourquoi pas ne pas en profiter pour se purifier également? Que ce soit avec un bon bain, des masques pour le visage ou encore un simple rituel bien-être. C’est le moment de prendre soin de soi, de faire peau neuve. 

Pour les personnes qui aiment décorer, il est également possible de faire un autel avec des couleurs rappelant le printemps et le soleil, des cristaux, des fleurs ou encore des graines. Tout ce qui vous évoque cette période est bon à prendre. Si tu n’as pas la place pour un autel mais que l’idée te plait, applique-la à ton look et aux accessoires que tu portes. 

Une petite précision

Tout ce que je note ici sont bien évidemment des propositions, je pense qu’il n’y a pas de bonne ou mauvaise façon de célébrer les sabbats. Pour moi, tout cela est très personnel et chaque personne est libre de faire comme ça lui convient le mieux. J’ai moi même tendance à faire du « pick and mix » comme je l’appelle afin d’être en accord avec ce que je ressens, d’écouter mes intuitions et d’entrer en phase avec la nature à travers ses différents cycles et saisons. Je reprends la roue de l’année Wicca mais je ne suis pas du tout religieuse et certains détails sont pour moi de l’ordre de la superstition ou du superflu. Je ne parle par exemple pas des divinités car ça n’a pas de sens pour moi, mais si vous en ressentez le besoin, il est évidemment possible d’adresser une prière à l’une d’entre elle. 

En ce qui concerne les rituels, je ne suis pas très regardante concernant certaines « règles ». Par exemple, je n’octroie aucune importance à la couleur des bougies mais je fais bien attention au symbolisme recherché à travers l’utilisation de telle ou telle bougie. Je serai plus alerte sur les compositions (au plus naturel, au mieux), les provenances et la qualité de ce que je vais utiliser en fonction de comment je compte l’utiliser.

Par exemple, je me dirigerai plutôt vers des plantes de hautes qualité ou que j’aurai fait pousser moi même pour mes tisanes car on les consomme mais ça ne me dérange pas d’utiliser des produits issus du commerce voire vieux de plusieurs mois lorsqu’il s’agit de faire des fioles porte-bonheur ou pour la fumigation. Mon conseil est donc le suivant : faites-vous confiance et suivez votre intuition.

Recette : la potion digère-tout

Celleux qui me connaissent le savent, je suis une grande chipoteuse et créatrice de « potions » en tout genre. J’ai longuement réfléchis à une recette que je pourrais partager avec le plus grand nombre de personnes et je me suis dit que nous avons tous bien besoin d’une aide magique pour digérer et apaiser nos bidous après les fêtes de fin d’années. 

J’ai fait des recherches sur les plantes que j’ai utilisées afin qu’elles soient utilisables par tous et sans effet secondaires mais restez tout de même vigilant.e.s si vous avez un soucis en particulier, je ne suis pas médecin et je ne connais pas vos antécédents médicaux 😉.

Quoi qu’il arrive, ce n’est pas une tisane à boire tous les jours car le dictame, bien qu’inoffensif s’utilise avec parcimonie. Si vous ne trouvez pas le fameux dictame (qui ne pousse qu’en Crête, il faut le savoir), la tisane s’utilise très bien sans. Pour les personnes menstruées, il peut également être remplacé par des feuilles de framboisier, qui facilitent la régularisation des cycles menstruels et soulage les douleurs et les crampes. Outre les douleurs menstruelles, on peut également remplacer le dictame de Crête par de la mélisse, qui en plus d’aider la digestion, possède des vertus calmantes et antistress. 

Je vous livre donc la « recette » de ma tisane magique qui permet de ne pas rouler sous la table, même après un buffet de sushis à volonté et une triple raclette (si, si). Mon petit pied de nez aux publicités et autres programmes de « remises en forme » qui pullulent chaque année durant le mois de janvier, c’est de vous livrer mon secret pour continuer à manger à outrance sans en subir les conséquences 😜. 

Ingrédients (pour un mug)

Dictame de Crète – 0.6g
Menthe poivrée – 0.5g
Fenouil (graine) – 0.4 g
Mauve (fleur) – 0.5g

Laisser infuser pendant 5min dans de l’eau bouillante. Et voilà, c’est prêt!

Les vertus 

Alors, pourquoi ce mélange en particulier? J’ai fait plusieurs essais car je souffre énormément de maux de ventres et de soucis de digestions de manière générale. J’ai donc cherché une solution plus douce que les médicaments étant donné que l’usage que j’en fais est assez fréquent.

La réputation de la menthe poivrée n’est plus à faire quant à ses propriétés digestives, elle stimule la sécrétion biliaire, est antispasmodique et apaise les coliques, lutte contre les nausées et les aigreurs d’estomac. Je l’utilise également pour son goût frais pour relever un peu par rapport aux autres plantes.

Le fenouil, quant à lui aura une action plus ciblée sur le ballonnement et les gaz intestinaux (fraicheur, quand tu nous tiens), je l’utilise principalement en graines par soucis pratique, il suffit de les broyer légèrement au pilon avant de les infuser.

J’ai découvert le dictame de Crête lors d’une virée interminable en vélo dans les montagnes Crétoise, mais ceci est une toute autre histoire. Au sommet du petit village dans lequel j’avais alors trouvé fortune, de l’ombre et un banc se trouvait une boutique fourre-tout, entre la boutique souvenir et l’herboristerie de village. C’est là que mes yeux se sont posés pour la première fois sur le dictame, qui est en fait une plante de la même famille que l’origan mais qui ne pousse qu’en Crête. C’est un peu compliqué de trouver des renseignement sur cette plante mais elle fait un peu de tout : revigorante, antiseptique, anti rhume, aphrodisiaque, stimulant digestif, lutte contre les crampes douloureuses et antioxydante. C’est devenu un de mes atout principaux lors de la confection de mes « potions » et ça m’a jusqu’ici toujours réussi.

Enfin, j’utilise la fleur de mauve car elle adoucit les tissus enflammés des organes digestifs et favorise le transit. De plus, elle laisse une couleur bleu vif au début de l’infusion qui est du plus bel effet!

Ouvrages consultés 

  • Les tisanes qui soignent de Caroline Gayet
  • Les plantes et leurs noms, Histoires insolites de François Couplan
  • 250 remèdes naturels à faire soi-même de Claudine Luu

Fiole porte-bonheur

Maintenant que Yule est bel et bien passé, j’en profite pour partager une nouvelle expérience que j’ai testée. Je souhaitais offrir des cadeaux faits maisons et personnalisés à mes copines sorcières et j’ai eu l’idée de me lancer dans la confection de fioles porte-bonheur.

Etant donné que cette période de l’année est assez compliquée moralement pour moi à cause du manque de luminosité et de l’ambiance folle autour des fêtes de fin d’années, j’ai un peu réfléchi à ce que je pourrais faire pour rendre tout ça un peu plus vivable. En plus, cette année on ajoute à tout ça, les bulles sociales, distanciations et autres contraintes covidiennes, on a donc bien besoin d’un peu de magie de notre côté afin de tenir le coup!

J’avais déjà vu plusieurs mini fioles magiques ou « spell jars », certaines destinée à apporter le succès financier, d’autres qui attiraient l’amour etc et j’ai donc décidé de faire une fiole pour apporter la bonne humeur, combattre la déprime, apporter de la confiance et apprendre à mieux s’accepter. Tout un programme, donc! J’y ai glissé une petite intention personnelle pour chaque personne à qui je l’ai offerte en fonction de leurs parcours et de leurs vies respectives. 

Matériel et propriétés magiques

Tous les ingrédients que j’ai utilisés ont été séchés avant d’être mis dans la fiole, ça évite d’avoir de la pourriture par la suite. Vous pouvez donc très bien utiliser des ingrédients frais mais attendez bien que toute humidité ait disparu avant de commencer. 

  • Une fiole en verre transparent.
  • Papier d’Arménie ou autre papier précieux pour vous, pour y écrire vos intentions.
  • Menthe poivrée pour purifier les mauvaises ondes autour de nous et s’en débarrasser.
  • Romarin qui permet la guérison, combat la dépression et développe l’amour de soi.
  • Rondelles d’orange pour la bonne humeur.
  • Pétales de roses pour l’amour de soi.
  • Gros sel de mer / d’Himalaya pour chasser le négatif et purifier (un lieu, soi-même,…)
  • Lavande pour combattre l’anxiété et apaiser les craintes.
  • Camomille pour combattre le stress.
  • Huile essentielle de géranium pour son côté tonique
  • Huile essentielle de romarin (cf. le romarin)
  • Cire / bougie à faire fondre pour sceller la fiole
  • Sauge / Encens ou Palo Santo pour purifier la fiole par fumigation et méditer

Marche à suivre

Pour ce qui est de la confection de la fiole, c’est à la fois très simple et fastidieux car il faut beaucoup de concentration pour placer correctement ses intentions.

La première chose à faire, c’est donc de se mettre en condition et de se concentrer sur ce qu’on veut que la fiole nous apporte (à nous ou quelqu’un d’autre). Il faudra bien garder ça en tête tout au long du processus afin qu’elle se charge de cette énergie. Pour chaque ingrédient qu’on déposera dans la fiole, on se concentrera sur la vertu qu’elle va apporter au tout. 

  1. Purifier la fiole à la sauge / palo santo ou encens
  2. Placer son intention par écrit sur le papier d’Arménie et le rouler comme un parchemin
  3. Déposer une couche de sel 
  4. Mettre 2 gouttes de chaque huile essentielle
  5. Glisser le parchemin sur un bord de la fiole (ou cachez le si vous le préférez)
  6. Déposer les pétales de rose
  7. Déposer des morceaux d’orange
  8. Ajouter la menthe
  9. Ajouter la lavande
  10. Ajouter la camomille
  11. Ajouter le romarin
  12. Refermer la fiole et la sceller à la cire

Si vous le souhaitez, vous pouvez graver un sigil ou un symbole dans la cire pour ajouter une intention ou une autre propriété. Ici je ne l’ai pas fait car les fioles ne m’étaient pas destinées et que je juge que les sigil sont trop personnels et pourraient agir différemment pour quelqu’un d’autre que soi. Mais si vous vous sentez en confiance, faites ce qui vous parait le plus juste. 

Tirage de runes : quid covid?

Comme toute sorcière qui se respecte, j’ai cherché bien longtemps le moyen divinatoire qui me convenait le mieux. Mon choix s’est assez rapidement porté sur les runes car j’ai tout simplement une meilleure affinité avec les pierres qu’avec les cartes et que les possibilités me semblaient plus terre à terre et bienveillante que dans d’autres moyens divinatoires. Je perçois l’utilisation des runes comme un moyen d’introspection plus que comme un moyen de lire l’avenir. On pose une question et les runes nous présentent des chemins possibles et nous poussent à s’interroger sur ce que l’on veut vraiment. 

Ça fait maintenant plus d’un an que j’ai commencé à lire les runes et c’est une sacrée aventure. Mes débuts étaient maladroits et j’ai encore pas mal de chemin à parcourir avant de me considérer satisfaite. MAIS je commence enfin à prendre un peu confiance et je me sens assez (oserais-je le dire?) compétente pour partager un tirage avec vous. 

Pour commencer, j’ai demandé aux runes des conseils relatifs à notre bien-être en cette période de pandémie. J’espère que cela pourra vous apporter un peu d’aide et de guidance et surtout à déterminer les priorités en cette période complexe.

☽ 𝚃𝚒𝚛𝚊𝚐𝚎 ☾︎

En cette période d’incertitude, les runes sont unanimes. Elles nous conseillent avant tout de s’occuper de nous et d’être indulgents envers nous-même. Gebo nous rappelle de ne pas exiger trop de sois et que si la volonté d’aider et de donner aux autres est primordiale, le don passe avant tout par le bien-être personnel.

La période que nous vivons actuellement éveille en nous des sentiments contradictoires ; nous sommes impatients et impétueux. Nous courrons pour atteindre des objectifs qui ne peuvent être atteints actuellement. Cela créé en nous de l’inquiétude qui nous pousse à accepter des situations qui nous mettent à mal. Ehwaz nous met en garde contre cette course que nous menons et nous conseille de ralentir. Il est important de relâcher la tension et de rester patient. La réussite et le bien-être passent aussi par la maîtrise de sois.

Enfin, Naudhiz nous annonce que les contraintes ne sont pas prêtes de s’arrêter. Il y aura d’autres embuches et frustrations dans les jours et semaines à venir mais il ne tient qu’à nous de tirer le maximum de la situation en s’adaptant et en trouvant le juste milieu. Nous devons apprendre à rester nous même et ne pas choisir les options de facilité. Il est important de se ménager et de prendre le temps de réfléchir mais aussi de faire preuve d’indulgence envers les autres.