Deuils de miels – Franck Thilliez

Ça faisait longtemps que je ne vous avais plus parlé d’un Franck Thilliez! Je continue mon petit bout de chemin avec cet auteur monstruement cruel et les aventures de Sharko. Voici donc le 3ème tome de la série (mais le second avec le personnage de Sharko) qui s’annonce d’emblée très sombre. En toute honnêteté, j’ai eu beaucoup de mal à terminer Deuils de miel et j’ai été très déçue du développement de l’enquête.

Éditeur : Pocket
Publication originale : 2006
Genre : Thriller, Policier
Nombre de pages : 352

Une femme est retrouvée morte, agenouillée, nue, entièrement rasée dans une église. Sans blessures apparentes, ses organes ont comme implosé. Pour le commissaire Sharko, déjà détruit par sa vie personnelle, cette enquête ne ressemblera à aucune autre, car elle va l'entraîner au plus profond de l'âme humaine : celle du tueur… et la sienne.

Je me doutais que quelque chose de lugubre avait du arriver à Sharko, c’était à mon sens l’unique raison de le faire retourner au quai des Orfèvres. Je ne m’attendais par contre pas à autant de cruauté, j’ai même trouvé ça « trop simple » et trop méchant.

Je n’aime pas quand l’horreur est poussée uniquement pour justifier l’état psychologique instable d’un personnage et ce pour plusieurs raisons. Je trouve que c’est un raccourci facile à faire lorsqu’on traite de santé mentale : « si le personnage est instable, c’est parce qu’il a vécu l’horreur », c’est réducteur et je trouve ça dommage. Dans ce cas-ci, j’ai vraiment trouvé que le traumatisme initial était déjà suffisant et que la tragédie que Sharko vit n’était qu’un simple prétexte pour s’enfoncer d’autant plus dans un contexte horrifique.

En ce qui concerne l’enquête, j’ai été intriguée dés les premières lignes et j’étais très curieuse d’en savoir plus. J’ai trouvé que les différentes mises en scènes et indices laissés par le tueur étaient vraiment bien ficelés, une véritable course contre la montre. Ce qui m’a par contre beaucoup surprise, c’était la chute et la révélation finale que j’ai trouvé complètement capillotractée. J’ai tout de même apprécié ma lecture mais je dois avouer qu’elle m’a un peu refroidie pour la suite.