La Mythologie Viking – Neil Gaiman

C’est officiel, j’ai enfin validé tous les thèmes de la catégorie « les runes d’Odin » du menu « L’art de la divination » de l’Astro Book Challenge avec La Mythologie Viking de Neil Gaiman. Cette lecture vient donc valider les thèmes : mythologie et légende dans un cadre nordique, on pourrait même dire que c’est de la littérature scandinave étant donné que l’histoire est basée sur des récits vikings anciens… 

Éditeur : Au Diable Vauvert
Publication originale : 2017
Genre : Mythologie, fantastique, conte
Nombre de pages : 306

L'univers de Neil Gaiman est nourri par les légendes nordiques. Il revient à ses sources et nous raconte enfin la grande saga des dieux scandinaves qui l'ont inspiré pour son chef d'œuvre American Gods. De la genèse des neuf mondes au crépuscule des dieux et l'ère des hommes, ils reprennent vie : Odin, le plus puissant des dieux, sage, courageux et rusé ; Thor, son fils, incroyablement fort mais tumultueux ; Loki fils d'un géant et frère d'Odin, escroc et manipulateur inégalable... Fières, impulsives et passionnées, ces divinités mythiques nous livrent enfin ici leur passionnante - et très humaine - histoire.

Je ne m’étais jamais réellement penchée sur la mythologie nordique avant de lire le livre de Neil Gaiman. Je connaissais quelques histoire et les divinités les plus emblématiques : Odin, Thor, Loki, Freyja mais je ne connaissais pas la genèse du monde et ne connaissais de Ragnarök que le nom. Me voici instruite et heureuse de l’être! J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteur raconte ces récits, si anciens à sa façon et établit des liens entre chacun d’entre eux. C’est un recueil d’histoire qui est très agréable à lire, je n’en ai d’ailleurs clairement pas eu assez. Je ne me lasse pas de la légèreté de la plume de Neil Gaiman et de l’humour qui s’en dégage. Je pense me plonger plus sérieusement dans la découverte de cette mythologie avec ses dieux imparfaits et son aspect en fin de compte plus « humain ».

Moi, imaginant Tom Hiddelston dans chaque histoire

Le chien de Madame Halberstadt – Stéphane Carlier

Encore et toujours dans le cadre de l’Astro Book Challenge (vous n’avez pas fini d’en entendre parler), je me suis lancée dans la lecture du livre de Stéphane Carlier : Le chien de Madame Halberstadt. Il me permet de valider la catégorie « Est-ce que toutes les fleurs peuvent parler ? » du menu « La magie des plantes » pour les thèmes : feel good et comédie

Éditeur : Le Tripode
Publication : 2019
Genre : Comédie, feel good
Nombre de pages : 135

Baptiste, écrivain, a connu des jours meilleurs. Son dernier roman a fait un flop, sa compagne l'a quitté pour un dentiste et, à bientôt quarante ans, il est redevenu proche de sa mère. Il passe ses journées en culotte de survêtement molletonné, à déprimer dans son studio qui sent le chou... Jusqu'à ce que Madame Halberstadt, sa voisine de palier, lui demande de garder son chien quelques jours. Baptiste accepte à contre-cœur et doit très vite se rendre à l'évidence : depuis que Croquette a franchi le seuil de son appartement, sa vie change du tout au tout.

Vous l’aurez peut-être compris, mais les feel good ne sont en général pas trop mon truc. Fidèle à moi-même, j’ai finaudé du mieux que je pouvais pour trouver quelque chose qui s’accordait avec mes goûts. Après moult recherches afin de trouver une histoire sympa mais pas trop niaise, je suis tombée sur Le chien de Madame Halberstadt, qui comme son titre l’indique, parle (en partie) d’un chien. Le roman est assez court et se lit un peu « en coup de vent », juste le temps de prendre une petite dose d’humour et de bonne humeur. Contrairement à de nombreux romans « feel good« , l’histoire n’est pas trop niaise, je dirais même qu’elle penche dans la comédie noire. Le personnage principal est au bout du rouleau et multiplie les interactions gênantes avec son entourage, qui n’est pas mieux loti que lui. On ressent une pointe de sarcasme en arrière-plan tout au long du récit, ce que j’affectionne particulièrement. L’arrivée de Croquette (le chien) dans la vie de Baptiste (le.. héros?) va venir bouleverser les mauvaises habitudes de ce dernier et apporte une dimension merveilleuse et magique à l’histoire. Ce n’est pas le genre de roman qui fait rire aux éclats mais celui qui laisse un sourire au bord des lèvres et qui laisse notre esprit gamberger une fois terminé.

L’anneau de Claddagh – Béatrice Nicodème

Dans ma quête de de livres pour l’Astro Book Challenge, je me suis retrouvée devant cette magnifique couverture de livre. Je sais, on ne juge pas un livre par sa couverture toussa, mais ne mentons pas, les beaux livres font toujours plus rêver que les autres. Ce livre entre donc dans la catégorie « Le trèfle à quatre feuilles » du menu « Les signes du destin » et correspond aux thèmes : Irlande, romance, mer et historique. C’est ainsi que j’ai sans le vouloir, lu une histoire d’amour le jour de la St Valentin. 

Tome 1 : Seamróg
Éditeur : Gulf Stream
Publication : 2015
Genre : roman historique, jeunesse, romance
Nombre de pages : 246

Irlande, comté de Galway, 1846.Keira est la fille d'une cuisinière irlandaise, Arthur le fils d'un grand propriétaire anglais. Ils ne devraient pas se rencontrer, et encore moins s'aimer. Mais le destin les réunit, pour très vite les séparer: Keira apprend brutalement qu'Arthur est parti pour New York. Dans un pays ravagé par la famine, Keira peut s'estimer heureuse d'être employée dans une maison où on ne manque de rien. Cependant, le départ d'Arthur est suivi d'autres drames qui bouleversent son existence. Et si une vie meilleure l'attendait, elle aussi, de l'autre côté de l'Atlantique??

En toute honnêteté, je ne pense pas que je me serais lancée dans cette lecture si ce n’était pour l’Astro Book Challenge. Le résumé me laissait doucement perplexe et je ne lis habituellement pas de romances, encore moins lorsqu’elles se déroulent au 19ème siècle. Je pense avoir été traumatisée par Jane Austen (sorry not sorry) et j’ai toujours, irrationnellement, évité les récits se situant au 19ème depuis. J’avais donc beaucoup d’appréhension mais ce n’était au final pas si terrible. L’anneau de Claddagh : Seamróg est le premier tome d’une trilogie plutôt destinée aux adolescent.e.s et sa lecture est bien loin de ce à quoi je m’attendais.

On se situe ici dans un roman aux allures historiques, parlant de la période de la Grande Famine en Irlande et de l’exil vers les Etats-Unis qui en a résulté. J’ai beaucoup apprécié de voir cette dimension historique mélangée avec des éléments de folklore irlandais, chansons en gaelic et d’une pointe de magie, bien que celle-ci soit très peu développée et reste mystérieuse jusqu’à la fin du tome.

Continuer la lecture de L’anneau de Claddagh – Béatrice Nicodème

Moi les hommes, je les déteste – Pauline Harmange

Aujourd’hui je viens vous parler de cette petite pépite que je viens de terminer : Moi les hommes, je les déteste de Pauline Harmange. Je n’avais pas prévu de le lire dans le cadre de l’Astro Book Challenge à la base mais je trouve qu’il a parfaitement sa place dans la catégorie « le chaudron de la sorcière » du menu « la magie des plantes » pour les thèmes : féminisme et autrice.

Éditeur : Seuil
Publication : 2020
Genre : essai, féministe, militant, développement personnel
Nombre de pages : 90

" Je vois dans la misandrie une porte de sortie. Une manière d'exister en dehors du passage clouté, une manière de dire non à chaque respiration. Détester les hommes, en tant que groupe social et souvent en tant qu'individus aussi, m'apporte beaucoup de joie – et pas seulement parce que je suis une vieille sorcière folle à chats. Si on devenait toutes misandres, on pourrait former une grande et belle sarabande. On se rendrait compte (et ce serait peut-être un peu douloureux au début) qu'on n'a vraiment pas besoin des hommes. On pourrait, je crois, libérer un pouvoir insoupçonné : celui, en planant très loin au-dessus du regard des hommes et des exigences masculines, de nous révéler à nous-mêmes. "

Avec Moi les hommes, je les déteste, je me lance pour la première fois dans la lecture d’un essai féministe. Je sors donc complètement des sentiers battus et je vous dévoile la face militante de ma personnalité. Dévoreuse de livres, sorcière et féministe! Cela vous surprend il vraiment? 

Pour la petite histoire, cet essais a été publié cet été pour être assez rapidement menacé d’interdiction (article à ce sujet ici). Suite à son succès et les ruptures de stock, il a finalement été réédité par les éditions Seuil et vous pouvez à nouveau le trouver en librairie. Il y a également pas mal de soucis sur les réseaux sociaux, les nombreux comptes féministes qui en parlaient voyaient en effet leurs publications se faire supprimer pour non respect des règles (article ici). Alors oui, le titre est choquant mais je pense qu’avant de crier au scandale, la moindre des choses serait peut-être de lire le livre. Je doute que la majorité des personnes scandalisées (je vous laisse deviner à quel groupe elles appartiennent) aient pris le temps de le faire et c’est bien dommage.

J’étais très intriguée par ce livre, j’avais un peu peur de me retrouver dés les premières ligne avec une explication bancale telle que : « Alors non, je ne déteste pas les hommes MAIS » et de m’être fait avoir. Mais j’ai très vite été rassurée car l’autrice y développe bel et bien son point de vue, propose une définition et une réflexion sur la misandrie. Pour moi, le véritable point fort est que cet ouvrage est accessible à tous. L’écriture n’est pas prétentieuse et ne s’encombre pas de termes qui pourraient « perdre » les personnes qui n’ont jamais été confrontées au milieu militant. C’est également un tout petit essai, il fait 90 pages et se lit en l’espace d’une heure. Aucune excuse donc pour ne pas le lire et le partager à toutes les personnes de votre entourage. Si on est déjà plongé.e dans le milieu, il est vrai qu’on apprendra pas grand chose de nouveau, par contre, on aura quelques cordes en plus à notre arc pour discuter du sujet, ce qui est tout de même précieux.

Dés les premières phrases, je me suis directement retrouvée à hocher la tête à chaque phrase, rire aux éclats ou étouffer un ricanement pour ne pas me faire regarder de travers par mes collègues. Les idées sont claires et exposées avec finesse tandis que les arguments sont bien développés et sourcés. L’autrice donne énormément d’exemples, parfois graves avec une point de sarcasme et d’humour, rendant la lecteur très agréable. Je m’y suis énormément retrouvée et ça m’a aidée à mieux identifier et comprendre certains événements et cas de figure qui me dérangeaient sans trop savoir expliquer pourquoi. C’est, à mon sens un livre à mettre entre toutes les mains car il permet d’ouvrir la parole et de déconstruire efficacement le sexisme. On y ressent le côté exutoire et la colère de l’autrice sans n’y ressentir aucune violence et, en tant que femme, ça m’a permis de déculpabiliser sur de nombreux points. Bref, ce n’est pas non plus un essai parfait (qui l’est?) mais j’ai eu un gros coup de cœur et je valide à 100%.

Pour aller plus loin

  • Le blog de Pauline Harmange : https://uninvincibleete.com
  • CANAL, Maria N. « Colette Pipon : Et on tuera tous les affreux. Le féminisme au risque de la misandrie (1970-1980) [1] », Nouvelles Questions Féministes, vol. vol. 36, no. 1, 2017, pp. 122-125.
  • GROULT Benoîte. in MONTREYNAUD Florence, Le Féminisme n’a jamais tué personne, Québec, Les grandes conférences, 2004, p. 11.
  • JACQUEMART, Alban. « Les hommes dans les mouvements féministes. Sociohistoire d’un engagement improbable », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, coll. « Archives du féminisme », 326 p.
  • KAUFER, Irène. « Haine des hommes », La Revue Nouvelle, vol. 5, no. 5, 2020, pp. 49-53.
  • PIPON, Colette. « Et on tuera tous les affreux. Le féminisme au risque de la misandrie (1970-1980) », Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Mnémosyne », 2013, 239 p.
  • PIPON Colette. « Alban Jacquemart, Les hommes dans les mouvements féministes. Sociohistoire d’un engagement improbable », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 42 | 2015, 42 | 2015, 316-316.