Les hommes qui n’aimaient pas les femmes – Stieg Larsson

Afin de commencer le mois de février avec panache, j’ai décidé de m’attaquer à Millénium, tome 1 : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes de Stieg Larsson. Il vient valider les thèmes : policier et thriller de la catégorie « Mes amis de l’au-delà » du menu « L’art de la divination » de l’Astro Book Challenge.

Éditeur : Actes Sud
Publication : 2005
Genre : Policier, thriller, suspense
Nombre de pages : 574

Contraint d'abandonner son poste de rédacteur pour avoir diffamé un requin de la finance, Mikael Blomkvist est bientôt associé à Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et fouineuse, pour travailler avec Henrik Vanger, un industriel désireux de faire la lumière sur la disparition, vieille de plus de trente ans, de sa petite nièce, au cours d'une réunion familiale...

Je me souviens avoir tenté de le lire du haut de mes 16 ans, époque où je subtilisais tous les livres de ma maman pour les lire à mon tour. Je n’avais alors pas dépassé les 50 premières pages, je trouvais que c’était trop lent et je n’arrivais pas à « rentrer dedans ». Il y a eu une véritable hype autour de Millénium à l’époque de sa sortie, il a même été adapté au cinéma et je dois dire que ça m’est complètement passé au dessus de la tête. J’ai donc décidé de redonner sa chance à ce livre en trichant un peu.. Je l’ai commencé sous la forme d’audiobook, le temps qu’il fallait pour « accrocher » pour finalement le terminer de manière plus classique. 

C’est assez compliqué de parler de Millénium car il y a énormément de thèmes, intrigues et personnages à suivre. Le rythme est très lent, l’auteur prenant bien son temps pour planter le décor, travailler ses personnages et ficeler son intrigue. Au début, on suit surtout les histoires respectives de Mikael et Lisbeth (et ensuite la famille Vanger), jusqu’à ce qu’ils se rencontrent et travaillent ensemble, vers le milieu du roman. On navigue donc entre plusieurs fils rouges avec non pas un mais plusieurs mystères à résoudre. J’ai beaucoup aimé la façon dont toutes les pièces du puzzle s’emboitaient et je n’ai pas été choquée outre mesure par les explications données, bien qu’un peu tirées par les cheveux. Je ne recherchais pas à tout prix une explication vraisemblable et les personnages agissaient conformément à ce qu’on attendait d’eux. Tout est très bien ficelé et l’univers, les lieux et les personnages personnages sont presque palpables tant ils sont bien décrit. 

Certaines thématiques sont très dures, il y a beaucoup de violence (notamment envers les femmes, le titre ne laisse pas de doute là-dessus) et il est assez malheureux de constater que les sordides pourcentages quant aux maltraitances envers les femmes présentés en début de chapitre non plus rien d’étonnant aujourd’hui. Le roman a au moins le mérite de traiter et de dénoncer des sujets qui sont encore tabou aujourd’hui, même si la parole se libère de plus en plus. Il y a évidemment des points noirs et des maladresses. Par exemple, les personnages qui commettent des violences sont présentés comme déviants et malades, ce qui encourage les images de violeurs fou et autres détraqués sexuels. Spoiler alert, dans la vraie vie, il n’y a pas que les malades qui violent et violentent et ça m’a dérangée de voir perpétrer ce genre de préjugés dangereux. Je me dis néanmoins que pour un livre publié en 2005, c’est déjà une grande avancée d’avoir un personnage principal comme Lisbeth Salander qui à mon sens est la véritable force de ce livre. 

Ça n’aura pas été facile de digérer et commenter ce livre mais je suis contente de m’être motivée et de l’avoir lu. J’ai au final beaucoup aimé et je lirai les deux autres tomes à l’occasion. 

Autre-Monde : Genèse – Maxime Chattam

Je continue sur ma lancée de l’Astro Book Challenge avec une lecture qui est le résultat d’un long processus et d’une série débutée il y a 13 ans. Je valide donc la catégorie « Il est tombé dedans quand il était petit du menu La magie des plantes avec le septième tome de la série « Autre-Monde » de Maxime Chattam : Genèse.

Éditeur : Albin Michel
Publication : 2016
Genre : Fantastique, science-fiction, aventure
Nombre de pages : 736

Je suis une grande fan de Maxime Chattam et je pré-commande en général chacun de ses romans pour les dévorer dans les jours qui suivent leur réception. J’ai donc commencé Autre-Monde : l’Alliance des trois en 2008, lors de sa sortie. J’avais alors 18 ans et j’avais encore un pied dans le monde des Pans, qu’on découvre dans les livres. J’ai vraiment adoré de découvrir ce qu’il s’était passé durant la Tempête, les changements de la Terre et la dynamique du trio de personnages principaux. Les trois premiers bouquins m’avaient vraiment envoutée et j’avais hâte de découvrir la suite lorsque l’auteur l’a annoncée. L’aventure débutant aux Etats-Unis, j’étais très curieuse de savoir ce qu’il s’était passé dans le reste du monde. Force est de constater que les autres tomes ne m’ont pas autant fascinée et je me suis un peu désintéressée de l’intrigue. Je voulais par conséquent relire la série dans son entièreté avant de la terminer, je m’y suis essayée plusieurs fois et j’ai ainsi relu la trilogie initiale sans trouver le courage de continuer. Après cinq années passées dans le déni, j’étais fin prête à dire au revoir aux personnages et ai enfin décidé d’attaquer le dernier tome d’Autre-Monde.

Si vous ne connaissez pas l’Univers d’Autre-Monde ou que vous n’en avez jamais entendu parler, c’est un livre d’anticipation et science-fiction / fantastique dont les personnages principaux sont des adolescents et enfants. C’est une série de 7 tomes, publiés sur 8 années. Du jour au lendemain, une Tempête a fait disparaitre les adultes et la nature a repris ses droits… Nous suivons donc l’histoire de Matt et Tobias depuis les événements précédant la Tempête et leurs tentatives de survie dans ce nouveau monde, peuplés de créatures peu commodes. Vous vous en doutez, les deux amis finiront par découvrir qu’un ennemi les menaces…

Les six autres tomes de la série

Pour commencer, je n’ai pas aimé Genèse et ce pour plusieurs raisons. La première étant que l’explication donnée aux événements des premier tomes ne m’a pas convaincue, à mon sens, elle se repose sur une vision du monde plus actuelle que la période à laquelle se produisent les événements du tome 1 (en 2008 donc). Il me semble peu probable que certains discours ayant lieu dans le tome 7 (publié en 2016) aient été prévus lors de la publication des trois premiers tomes, avant 2010. De plus, en y réfléchissant bien, certains détails ne collent pas à ce qui a été décrit  et expliqué auparavant et quelques explications sont floues et parsemées de « je ne sais quoi » qui semblent combler les lacunes et incohérences. Pour le reste, on se contentera de mettre ça sur le dos des mystères du monde, ce que j’ai trouvé assez dommage et facile. On découvre « la vérité » après le premier quart du livre et ça n’a pas arrêté de me déranger tout au long de la lecture. Chaque argument venant étayer la théorie me semblait plus incohérent que l’autre. 

La seconde raison est un peu plus dérangeante à mon sens, il s’agit du traitement des personnages et de certaines interactions. J’ai trouvé que l’écriture avait une vision très masculine et qu’elle basculait parfois dans du sexisme gratuit. Même dans ce monde réinventé, les filles et femmes sont réduites au second plan et perçues comme des objets sexuels. C’est quelque chose qui m’a profondément agacée, les « méchants » en ont forcément après les jupes des filles, que les garçons voudront à tout prix protéger. Aussi, s’en suit une vision de la sexualité assez désuète, si on s’en tient au message du livre, faire l’amour c’est perdre son innocence, sa virginité. Pour ma part, je trouve de base que la notion de virginité est ridicule et la façon dont elle est présentée dans le livre n’arrange rien. On est bercé dans une sorte de puritanisme où il faut faire l’amour avec des sentiments sinon on est un sale crado d’adulte qui ne vit que pour le vice. Franchement, je n’adhère pas trop à ce genre de message.

Enfin, le dernier point qui m’a vraiment dérangée : la fin. C’est tellement prévisible que je l’ai devinée tout de suite. J’aime être surprise et pour le coup, c’était vraiment raté. Le bouquin m’a paru trop long sur certains passages vraiment pas passionnant et s’emballe sur la fin, ne laissant que très peu de temps pour assimiler tout ce qu’il se passe. J’étais un peu dépitée par la chute, mais pas surprise.

Au final, j’étais globalement plus intéressée par des détails et intrigues qui sont restés en suspens que par la quête principale. J’espérais qu’elle se termine suffisamment tôt dans le livre, histoire de découvrir « l’après » et avoir l’occasion d’aller plus loin dans la découverte de cet Autre-Monde. Malheureusement, je resterai sur ma faim mais je suis quand même satisfaite d’avoir terminé cette aventure. L’ensemble de la série m’a quand-même plu malgré tout ces points noirs et j’ai aimé retrouver les personnages après de si longues années. Je râle beaucoup mais au final, c’était plutôt pas mal. Peut-être suis-je devenue trop Matur pour apprécier pleinement cette fin… à méditer.

Grimalkin et l’épouvanteur – Joseph Delanay

J’ai commencé la saga de l’épouvanteur en mai 2020, lors de mon premier Astro Book Challenge. 

Piquée par la curiosité et les nombreuses références que je voyais autour de moi, j’ai fini par céder et je me suis lancée dans ce nouvel univers. Inutile de dire que je l’ai adoré, je fais d’ailleurs tout pour faire durer la saga en m’interdisant au maximum de les « binge read ». Je valide donc la catégorie Un palantir est un outil dangereux, Saroumane du menu L’art de la divination avec le neuvième tome de la série : « Grimalkin et l’épouvanteur ».

Éditeur : Bayard Jeunesse
Publication originale : 2011
Genre : Fantasy, roman jeunesse, aventure
Nombre de pages : 320

Je copie-colle le résumé du premier tome pour vous présenter un peu l’univers et vous donner une idée de ce qu’est un épouvanteur. 

"L'Epouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman. Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d'être à la hauteur. Ils sont fragiles, veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu'un le fasse. Il faut que quelqu'un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable. "Thomas Ward, le septième fils d'un septième fils, devient l'apprenti de l'Epouvanteur du comté. Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire... Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l'horreur commence..."

Vous l’avez donc compris, nous suivons l’histoire de Tom, jeune apprenti Epouvanteur (chasseur de l’obscur) et ses péripéties. Chaque tome nous entraine un peu plus loin dans l’intrigue et la destinée de Tom et de son amie Alice. Le neuvième tome est différent dans le sens ou c’est un autre personnage que nous suivons : Grimalkin, la sorcière, tueuse redoutable qui ne fonctionne que selon son propre code. Je n’en dis pas plus afin de ne pas ruiner la surprise et ne rien dévoiler de trop important. Si vous cherchez des livres qui vous permettront de vous évader dans les tréfonds de votre imagination, n’hésitez pas à vous y plonger.

Le Bourbon Kid, tome 2 : L’Oeil de la lune – Anonyme

Je vous en parlais il y a de ça quelques mois, je me suis lancée dans une saga très particulière : le Bourbon Kid. En créant l’Astro Book Challenge, j’ai donc mis en place une catégorie spécialement dédiée à la série : « Le croassement du corbeau » du menu « Les signes du destin » qui reprend les thèmes : western, meurtre, désert et justice. Je voulais que les thèmes soient suffisamment larges pour pouvoir dévier sur autre chose mais c’était clairement cette série de livre que j’avais en tête lors de son élaboration. C’est donc avec beaucoup d’impatience que je me suis jetée sur le second tome de la série : l’Œil de la lune.

Éditeur : Sonatine
Publication originale : 2008
Genre : Ovni littéraire
Nombre de pages : 384

Personne n’a oublié le Bourbon Kid, mystérieux tueur en série aux innombrables victimes. Ni les lecteurs du Livre sans nom, ni les habitants de Santa Mondega, l’étrange cité d’Amérique du Sud où sommeillent toujours de terribles secrets. Alors que la ville s’apprête à fêter Halloween, le Bourbon Kid devient la proie d'une brigade très spéciale, une proie particulièrement coriace, de celles qu’il ne faut pas rater sous peine d’une impitoyable vengeance. Si vous ajoutez à cela la mystérieuse disparition de la momie du musée municipal et le kidnapping d'un patient très particulier de l'hôpital psychiatrique, vous comprendrez que la nuit d'Halloween à Santa Mondega risque, cette année, de marquer les esprits...

J’avais déjà adoré le livre sans nom mais cette fois-ci je suis carrément tombée amoureuse! L’ambiance me donne toujours l’impression d’avoir atterrit au milieu d’une collaboration entre Robert Rodriguez et Quentin Tarantino, je suis aux anges. L’Œil de la lune, c’est un peu la glue qui vient assembler tous les morceaux de ce puzzle déjanté qu’est Le Livre sans nom. 

Quelle aventure ce bouquin! Je l’ai trouvé encore meilleur que le premier. Les liens entre les personnages sont établis, nous permettant d’éprouver plus de sentiments à leur égard et l’humour est aussi noir que décalé. C’est gore, c’est absurde, c’est complètement « chtarbé ». Je suis restée dans le suspense jusqu’à la dernière phrase et je vais m’empresser de trouver les autres tomes pour tous les dévorer!