Astro Book Challenge 2022

Hello witches! C’est avec une profonde fierté et un immense plaisir que je vous présente la 3ème édition de l’Astro Book Challenge! Pour celleux qui nous rejoignent, il s’agit d’un challenge littéraire aux thématiques ésotériques, on pourrait d’ailleurs l’appeler « le Witchy Book Challenge » 🧙‍♀️🧙‍♂️ mais je n’aurais alors plus aucun prétexte pour utiliser de beaux fonds étoilés pour mes visuels (il faut ce qu’il faut). Si vous êtes déjà passé.e.s par ici, vous savez sans doute que je dédie une grande partie de mon temps à la sorcellerie et aux pratiques magiques et que je dévore les livres comme s’ils étaient d’excellentes pâtisseries. Vous ne serez donc pas étonné.e.s d’apprendre que j’ai rassemblé mes deux passions pour en faire le challenge que je vous présente aujourd’hui. Si l’envie vous prend, vous pouvez d’ailleurs retrouver les deux précédentes éditions dans la partie « Challenge Lecture » du site…

Cette année, le thème global du challenge est inspiré d’une autre de mes passions : le voyage! Nous n’avons pas eu beaucoup d’occasions de voyager depuis la pandémie, c’est le moins qu’on puisse dire! J’ai donc voulu « rattraper le coup » avec l’aide du challenge, attachez vos ceintures car le voyage ne sera pas de tout repos…

Continuer la lecture de Astro Book Challenge 2022

Astro Book Challenge 2021 : Bilan des lectures

Un an déjà! Nous voici arrivés à la fin de l’édition 2021 de l’Astro Book Challenge, j’espère que toutes les personnes qui y ont participé auront passé de bons moments de lectures et comptent désormais de nouveaux coups de cœurs littéraires au sein de leur bibliothèque. Merci d’ailleurs à vous toustes pour votre participation et vos retours, j’ai adoré vous lire et voir vos pioches! Comme je suis une coquine, je profite de ce bilan pour vous présenter mes dernières lectures (et celles dont je n’avais pas eu le courage d’écrire les chroniques… huhu) mais aussi pour vous annoncer l’arrivée imminente de la 3ème édition de l’Astro Book Challenge! À vos agenda, je vous dévoile tout ça le 17 janvier prochain à 10h (précis, je sais). J’ai grand hâte de le partager avec vous, il faut dire qu’il est prêt depuis fin août et que c’était très difficile de le tenir caché si longtemps! Le thème de cette année me tient particulièrement à cœur, j’y ai vraiment mis une part de moi-même et j’espère vraiment que ça vous enjaillera autant que moi!

Voici donc venue l’heure du bilan *insérer musique dramatique* et je suis fière, très fière de vous annoncer avoir décroché le titre « L’univers m’appartient » en validant absolument toutes les catégories du challenge. J’ai également réussi à tenir mon challenge personnel en validant tous les thèmes proposés, c’était du boulot mais je me suis vraiment amusée, j’ai d’ailleurs fait quelques belles découvertes en cours de chemin.

Continuer la lecture de Astro Book Challenge 2021 : Bilan des lectures

Les naufragés de la discorde – Jock Serong

Me revoici avec une chronique! J’ai eu l’immense chance de recevoir Les naufragés de la discorde dans le cadre de l’opération Masse Critique « Littératures » organisée par Babelio en septembre. Un grand merci donc à Babelio et aux éditions 10-18 pour cette découverte et ce magnifique bouquin. J’étais très curieuse de le découvrir, c’est un sujet et une période historique que je connais vraiment peu et que j’étais heureuse d’explorer.

Je n’oublie pas pour autant l’Astro Book Challenge (dont j’ai déjà préparé la version de 2022 👀) et ce livre me permet de valider la catégorie « C’est la loi de la jungle » du menu « La magie des plantes » pour les thèmes « Aventure » et « Contrées lointaines » .

Éditeur : 10-18
Publication originale : 2020
Genre : Thriller, Historique
Nombre de pages : 432

1797. Sur une plage, près de Sydney, un bateau de pêche vient en aide à trois naufragés squelettiques et à bout de forces. Ils sont les seuls survivants du Sydney Cove.
L'un ne parle pas, les deux autres font le même récit : une terrible marche, des centaines de kilomètres dans les terres hostiles du bush australien.
Le lieutenant Joshua Grayling, chargé de recueillir leur témoignage, doit aussi enquêter sur les quatorze membres de l'équipage morts pendant leur périple... Rapidement, les failles de leur histoire vont éclater, une histoire cousue de silences troubles et d'arrangements avec la vérité. Le périple des marins se révèle progressivement dans toute son horreur.
Que s'est-il vraiment passé sur le Sydney Cove ?

J’avais vraiment hâte de me lancer dans l’histoire, décrite comme un mélange entre Robinson Crusoé et Le Silence des Agneaux. Je m’attendais à une enquête et beaucoup de mystère et j’ai été réellement surprise par le ton et l’organisation des chapitres. J’ai eu beaucoup de mal à m’investir dans l’histoire et les personnages car je trouvais la narration très lente et que j’ai été prise de court par la tournure des événements.

Empathique de nature, j’ai été perturbée de ne pas parvenir à me soucier du sort des rescapés du naufrage. Je pense que l’aspect historique du récit m’a un peu bloquée car cela rendait l’horreur de la situation beaucoup trop réelle. J’ai par contre beaucoup aimé le personnage de Charlotte, un peu en marge avec la mentalité de son époque. J’ai adoré les interactions entre les personnages et l’histoire qui se déroule dans les non-dits. L’ambiance et la tensions sont tellement palpables que de nombreuses pauses ont été nécessaires, le temps de reprendre mon souffle.

Ce qui m’a particulièrement impressionnée, c’est la capacité de l’auteur à décrire les paysages, la colonie qui se met en place et les rapports entre les australiens autochtones, les colons et les naufragés bengali. C’est un ouvrage bien documenté et une belle critique de la colonisation et des mentalités conquérantes des européens désireux de s’enrichir au détriment de la nature et des habitants. La lecture a été longue et fastidieuse mais très intéressante!

Claudine à l’école – Colette

Ah, que la série des Claudine m’aura marquée! Je me souviens en avoir lus quelques tomes étant adolescente, j’en ai même joué plusieurs scènes lors de mes cours de théâtre. Claudine est un personnage auquel je me suis pas mal identifiée à l’époque, insolente, têtue et roublarde, elle fini toujours par obtenir ce qu’elle veut. Fatalement, quand on s’intéresse aux « Claudine« , on fini irrémédiablement par s’intéresser à son autrice : Colette dont le personnage est inspiré. Si vous ne la connaissez pas encore, je vous laisse le plaisir de découvrir qui elle était. Voilà maintenant quelques années que je souhaitais relire cette série de livres, qui m’avaient laissé un bon souvenir, c’est donc assez naturellement que j’ai décidé de la reprendre avec le premier tome : Claudine à l’école dans le cadre de l’Astro Book Challenge. Je l’ai placé dans la catégorie « Est-ce que toutes les fleurs peuvent parler » du menu « La magie des plantes » pour les thèmes « cosy » et « douceur« , voici désormais cette catégorie close.

Éditeur : Lgf, Livre de Poche
Publication originale : 1900
Genre : Littérature française, classique
Nombre de pages : 256

Un titre bien sage pour un roman qui l'est moins. Claudine le reconnaît : «Vrai, cette école n'est pas banale !» Comment pourrait-elle l'être ? Les élèves ont des personnalités peu communes : la grande Anaïs, que Claudine qualifie de menteuse, filouteuse, flagorneuse, traîtresse, possède en outre «une véritable science du comique» ; les Jaubert sont agaçantes à force de sagesse ; Marie Belhomme, «bébête, mais si gaie» ; Luce, charmeuse autant que sournoise ; et les autres, «c'est le vil peuple». Quant aux maîtresses... Mlle Sergent, «la rousse bien faite», aussi intelligente que laide, est tout yeux pour son assistante, Mlle Aimée, la bien nommée. Ajoutez les instituteurs des garçons, le pâle Duplessis et le vaniteux Rabastens, le médecin scolaire, le Dr Dutertre, aux dents de loup, qui aime s'attarder auprès des grandes... et vous obtenez un mélange détonant. Pour parfaire l'ensemble, c'est une Claudine débordante de vitalité, excessive dans ses élans, qui mène la ronde.

Quelle bouffée d’air frais ce livre! À première vue, on pourrait penser qu’il ne s’agit que d’une histoire douce et simple, on lit le titre et on se dit qu’on va partager le quotidien d’une écolière naïve de la fin du 19ème siècle… Eh bien figurez-vous que Claudine, dont on lit le journal, est tout sauf naïve.

Insolente, fine d’esprit et sans vergogne et avec un caractère bien trempé, elle partage ses observations sur le monde et les personnes qui l’entourent sans mâcher ses mots. Il faut dire le portrait qu’elle nous dresse du village de Montigny et de ses habitants n’est pas des plus glorieux, et ce même si elle en parle avec tendresse. À la manière d’une anthropologue, elle observe les filles de paysans avec qui elle partage les bancs de l’école. Si elle ne partage pas les mêmes préoccupations qu’elles et se désole de leurs choix, elle parvient à faire preuve d’empathie et nous explique avec une franchise déconcertante les réalités de leurs quotidiens. Là où ça devient cocasse, c’est qu’elle ne s’arrête pas à l’analyse de ses camarades, tout le monde y passe et tout le monde en prend pour son grade! C’est au fond, une véritable fresque sociale.

Ce qui m’a le plus marqué durant ma lecture, c’est ce sentiment de liberté qui émane du personnage de Claudine. Elle fait ce qu’elle veut, sait ce qu’elle veut et comment l’obtenir et quand les choses ne tournent pas à son avantages, elle n’hésite pas à sortir les griffes et à se venger (c’est qu’elle sacrément cruelle, la petite). Le tout est renforcé par le style d’écriture léger et des tournures de phrases très imagées qui font souvent sourire tant elles sont justes. J’ai été assez surprise par les relations amicales et amoureuses que Claudine entretient avec les adultes et d’égal à égal. Le tout est expliqué le manière très naturelle et (presque) sans jugement.

On découvre alors avec stupeur que les professeur.e.s flirtent avec les élèves, que les maîtresses sont trop occupées à se bécoter pour donner cours correctement et que le docteur du village fait des avances aux collégiennes, au sein même de l’école, dans le plus grand des calme.

Faites-vous donc une énorme théière pour accompagner la lecture de Claudine à l’école parce que comme on dirait : « the tea is hot », il brûle même. Si Julie et Robert de la machine à café ne vous fournissent pas de ragots assez juteux, vous aurez de quoi être largement satisfaits. Je vous rassure tout de même, les révélations de Claudine seront aussi « scandaleuses » que votre esprit est mal tourné car les choses y sont expliquée à demi-mot et tout en finesse.