Sótt – Ragnar Jónasson

Je vous en avais déjà parlé avec Snjór et Nátt et me voici avec le troisième opus des enquêtes de Siglufjördur, de l’auteur de polar Islandais Ragnar Jónasson. Pour celleux qui me rejoignent, l’histoire se déroule dans la petite ville de Siglufjördur, en Islande où, parait-il, rien ne se produit jamais. On y retrouve l’inspecteur Ari Thor, désormais installé dans la ville depuis plusieurs mois et la journalise Isrun, vivant à Reykjavik. Comme dans le tome précédant, nous suivons plusieurs enquêtes à la fois mais cette fois-ci, Ari Thor et Isrun travailleront ensemble sur un dossier datant des années 50.

Éditeur : Points
Publication originale : 2018
Genre : Thriller, Policier, Mystère
Nombre de pages : 360

Une épidémie s'abat sur Siglufjördur. La ville est mise en quarantaine. Les premières victimes succombent, les médias s'emparent du sujet : c'est la panique. L'inspecteur Ari Thór est pris par un terrible sentiment de claustrophobie. Lorsqu'un cold case vieux de cinquante ans refait surface, il saisit l'occasion pour échapper à cette atmosphère oppressante. Mais le huis clos se referme sur ce petit village du grand nord de l'Islande.

Ce qui est intéressant avec Sótt, c’est son rythme et sa temporalité. On se retrouve à la fois dans une situation figée suite à une épidémie dans la ville de Siglufjördur, le tourbillon médiatique qui régit la vie d’Isrun et l’ambiance inquiétante d’une histoire vieille de plus de 50 ans. On est au final bien loin des romans qui nous font retenir notre souffle, dans l’attente d’une révélation.

J’ai tout de même apprécié l’histoire et l’ambiance présente dans le livre, que j’ai trouvée presque poétique par moments. Je me suis facilement laissée emporter par les descriptions, me suis retrouvée à visualiser les lieux et les personnes, j’y étais et j’ai aimé ça.

Le rythme du cold case m’a imposé une lecture plus lente, savourée chapitre par chapitre tandis que l’histoire d’Isrun ajoutait un peu de piment et d’urgence, ce qui était tout de même nécessaire. Je n’ai pas l’habitude de lire des polars aussi « calmes », préférant habituellement le glauque et le macabre mais c’est quelque chose que je me surprend à aimer et qui fait de Ragnar Jónasson un auteur intéressant à mes yeux.

Nátt – Ragnar Jónasson

Aujourd’hui, je termine le premier livre de mon Astro Book Challenge : « Nátt » de Ragnar Jónasson qui entre dans le menu L’art de la divination et la catégorie Les runes d’Odin de l’Astro Book Challenge. Il correspond aux thèmes : Grand nord et Littérature scandinave. C’est le deuxième tome des aventures d’Ari Thor (cf. la critique du premier tome : Snjór) qui continue à évoluer dans son rôle d’inspecteur et qui cette fois sortira un peu de Siglufjördur.

Éditeur : Points
Publication originale : 2011
Genre : Policier, thriller
Nombre de pages : 352

En Islande, les fjords et les volcans dissimulent des secrets macabres.
Une seule règle : ne pas se fier aux apparences.

C'est l'été à Siglufjördur. Le climat de ce village du nord de l'Islande est si rude que le jeune policier Ari Thór voit arriver avec soulagement cette saison où le soleil brille à toute heure du jour et de la nuit. Mais le répit est de courte durée. Un homme battu à mort est découvert sur les bords d'un fjord tranquille. Une jeune journaliste vient fouiner d'un peu trop près. Que cherche-t-elle à découvrir ? Ou à étouffer ? Surtout, l'éruption spectaculaire de l'Eyjafjallajökull recouvre peu à peu toute l'Islande d'un épais nuage de cendres. Cette étrange " nuit " – nátt, en islandais – fait remonter les secrets les plus enfouis. Personne ne sera épargné. Pas même Ari Thór, qui doit pourtant boucler son enquête au plus vite, s'il veut éviter de nouveaux crimes.

J’avais lu Snjór, le premier tome de la série Dark Iceland, en décembre et ça m’a énormément plu. C’est donc assez naturellement que je me suis dirigée vers le second tome, ça me démangeait d’en savoir plus! Qu’en ai-je pensé? Eh bien, je le trouve encore meilleur que le premier, je pense d’ailleurs lire la série en entier ! 

Maintenant que le décor est planté, il est beaucoup plus agréable de retrouver les personnages et la ville de Siglufjördur. L’action de Nátt se situe durant l’éruption du volcan Eyjafjallajökull, plongeant la ville de Reykjavik et une bonne partie de l’Islande dans un nuage de cendre et l’obscurité. Ari Thor devra alors enquêter sur le meurtre d’un des habitants de Siglufjördur ayant eu un noir secret de son vivant… Ce qui est intéressant dans Nátt, ce sont les différents fils rouges qui composent le récit. Certains s’entrecroisent, d’autres pas, sans que cela ne devienne compliqué ou incompréhensible. La lecture est agréable et facile et le rythme un peu plus rapide que dans Snjór. L’évolution des personnages est lente mais ne m’a pas dérangée outre mesure. Au final ce qui me plait le plus, c’est l’ambiance que Ragnar Jónasson arrive à créer dans ses romans, il est assez agréable de s’y plonger et de se laisser porter.

Cold Winter Challenge : Snjór – Ragnar Jónasson

Ceux qui auront un peu parcouru le blog le savent, j’aime participer aux challenge de lecture. J’ai donc voulu me lancer dans le Cold Winter Challenge, qui est un challenge s’étendant de décembre à mars, sur le thème de l’hiver. J’avais préparé une pile à lire mais je n’ai malheureusement pas pu m’y consacrer comme je l’aurais souhaité. La première raison est que le mois de décembre et les fêtes de fin d’années représentent une période très pénible (psychologiquement) pour moi, la seconde était mon propre challenge, débutant en janvier, pour lequel j’étais beaucoup plus motivée. Je songe d’ailleurs à modifier les dates du challenge pour le faire commencer avec Imbolc, histoire de pouvoir retenter le CWC l’an prochain.

J’avais donc sélectionné Snjór de Ragnar Jónasson, qui trainait depuis des années dans ma bibliothèque pour valider le menu Hiver obscur et la sous-catégorie « Frissonner sous un plaid » pour les mots-clefs : thriller et suspens. 

Éditeur : Points
Publication : 2016
Genre : Policier, thriller, roman noir
Nombre de pages : 336

Siglufjördur, ville perdue au nord de l'Islande, où il neige sans discontinuer et où il ne se passe jamais rien. Ari Thór, qui vient de terminer l'école de police à Reykjavik, y est envoyé pour sa première affectation. Mais voilà qu'un vieil écrivain fait une chute mortelle dans un théâtre et que le corps d'une femme est retrouvé, à moitié nu, dans la neige. Pour résoudre l'enquête, Ari Thór devra démêler les mensonges et les secrets de cette petite communauté à l'apparence si tranquille.

Mais que se passe t’il à Siglufjördur? A priori, pas grand-chose… quoi que… C’est avec Ari Thór, policier novice, que nous découvrirons les mystère de cette ville pourtant si calme. Au cœur de l’hiver, c’est dans une ambiance remplie d’obscurité que les secrets se dévoileront. Une enquête qui a un petit air d’Agatha Christie avec une pointe de noirceur. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en commençant Snjór, je peux maintenant me considérer comme accro et j’ai grand hâte de découvrir les autres livres de la série!

J’ai eu un peu de mal à m’y plonger au départ à cause des noms en Islandais sur lesquels je butais sans cesse, mais on s’y fait au final très rapidement. Snjór est le premier tome de la série appelée « Dark Iceland« . C’est un polar en huit-clos sans prise de tête dans lequel on se plonge assez facilement. On est très vite happé dans la vie des personnages auxquels on s’attache et dépaysés au même titre que le personnage principal : Ari Thór qui débarque dans la petite ville Islandaise de Siglufjördur (ça m’a pris plusieurs tentatives pour le lire correctement 😅). J’ai suivi avec plaisir l’enquête et son dénouement tout en découvrant les différentes personnalités qui peuple la petite ville.

Si vous décidez de vous lancer dans l’univers de Ragnar Jónasson, je vous conseille de suivre l’ordre de publication original : « Snjór » « Nátt » – « Sótt » – Vík – « Mörk » – « Siglo ». Si vous décidez de suivre les dates de sorties françaises, vous lirez tout dans le désordre. Dans l’immédiat, ça peut sembler trivial car chaque livre parle d’une enquête différente mais je trouve ça un peu dommage pour le développement des histoires entre les personnages principaux. Je ne sais pas vraiment pourquoi l’ordre a changé dans les publications françaises mais je suis contente de m’en être rendue compte dès le second tome, j’ai en effet failli lire « Mörk » alors qu’il s’agit du cinquième tome de la série.