Malpertuis – Jean Ray

Comme second livre pour l’Astro Book Challenge, j’ai jeté mon dévolu sur « Malpertuis » de Jean Ray, qui vient valider la catégorie La lune de sang du menu Les mystère du ciel.

Éditeur : Alma
Publication originale : 1943
Genre : Fantastique, horreur, surréaliste
Nombre de pages : 186

Malpertuis ! C'est la première fois que le nom coule, d'une encre lourde, de ma plume terrifiée. Cette maison imposée comme point final de tant de destinées humaines, par des volontés terribles entre toutes, j'en repousse encore l'image ; je recule, j'atermoie, avant de la faire surgir au premier plan de ma mémoire. D'ailleurs, les personnages se présentent moins patients que la maison, pressés sans doute par la brièveté de leur terme terrestre. Après eux, les choses demeurent, comme la pierre dont se font les maisons maudites.

J’avais déjà entendu parler plusieurs fois de ce roman d’épouvante sans jamais m’y attarder. Présenté comme un grand classique du genre au même titre que le mythe de Cthulhu (mais à la belge!), c’est un roman que je ne suis pas prête d’oublier! Et quelle aventure! Je recherchais quelque chose qui s’inscrive réellement dans le style gothique car c’est au final quelque chose que j’explore très peu et ce bouquin revenait constamment au cours de mes recherches. J’ai fini par me laisser convaincre par la hype qui semblait rassembler autant de personnes autour de ce livre. J’ai vu des avis très positifs, des critiques construites et argumentées, des personnes qui criaient au génie et d’autres qui crachaient carrément sur l’œuvre. Je ne vais pas vous le cacher, j’étais vraiment curieuse de découvrir ce qui se cachait derrière tant de réactions, et je n’ai pas été déçue…

Je suis forcée de constater que je n’étais pas prête à recevoir cette claque littéraire. Entre la multiple narration, la tension présente tout au long du récit, l’intrigue ou les curieux personnages qui peuplent le livre, j’ai moi aussi été happée par Malpertuis. Ce roman est désorientant, comme une sorte de mise en abîme par rapport à l’un des personnage principaux qui ne comprend absolument rien à ce qui lui arrive et qui découvre avec effroi, l’horrible secret qui se cache dans dans la maison qui est désormais la sienne. À la fois fantasque, presque carnavalesque, il m’a laissée perplexe plus d’une fois. On y retrouve les codes de la littérature gothique mais en même temps un côté un peu bon enfant bien de chez nous.

J’ai beaucoup aimé me plonger dans cet univers, soyons honnête, complètement surréaliste et me creuser la tête en tentant de comprendre ce qu’il se passait. Je pense qu’il me faudra plusieurs jours afin de me sortir l’histoire de la tête car c’est ce genre de livre qui nous suit. Si vous ne l’avez pas encore lu et que ça vous parle, ne vous renseignez pas dessus car vous risquez de vous faire révéler toute l’intrigue (j’ai fait une petite recherche pour m’aider à vous le présenter et j’ai été heureuse d’avoir attendu la fin pour le faire). Il existe également une adaptation cinématographique de l’œuvre pour les plus téméraires, l’affiche en dit long sur le contenu donc gardez-vous la surprise pour la fin 😅.

Nátt – Ragnar Jónasson

Aujourd’hui, je termine le premier livre de mon Astro Book Challenge : « Nátt » de Ragnar Jónasson qui entre dans le menu L’art de la divination et la catégorie Les runes d’Odin de l’Astro Book Challenge. Il correspond aux thèmes : Grand nord et Littérature scandinave. C’est le deuxième tome des aventures d’Ari Thor (cf. la critique du premier tome : Snjór) qui continue à évoluer dans son rôle d’inspecteur et qui cette fois sortira un peu de Siglufjördur.

Éditeur : Points
Publication originale : 2011
Genre : Policier, thriller
Nombre de pages : 352

En Islande, les fjords et les volcans dissimulent des secrets macabres.
Une seule règle : ne pas se fier aux apparences.

C'est l'été à Siglufjördur. Le climat de ce village du nord de l'Islande est si rude que le jeune policier Ari Thór voit arriver avec soulagement cette saison où le soleil brille à toute heure du jour et de la nuit. Mais le répit est de courte durée. Un homme battu à mort est découvert sur les bords d'un fjord tranquille. Une jeune journaliste vient fouiner d'un peu trop près. Que cherche-t-elle à découvrir ? Ou à étouffer ? Surtout, l'éruption spectaculaire de l'Eyjafjallajökull recouvre peu à peu toute l'Islande d'un épais nuage de cendres. Cette étrange " nuit " – nátt, en islandais – fait remonter les secrets les plus enfouis. Personne ne sera épargné. Pas même Ari Thór, qui doit pourtant boucler son enquête au plus vite, s'il veut éviter de nouveaux crimes.

J’avais lu Snjór, le premier tome de la série Dark Iceland, en décembre et ça m’a énormément plu. C’est donc assez naturellement que je me suis dirigée vers le second tome, ça me démangeait d’en savoir plus! Qu’en ai-je pensé? Eh bien, je le trouve encore meilleur que le premier, je pense d’ailleurs lire la série en entier ! 

Maintenant que le décor est planté, il est beaucoup plus agréable de retrouver les personnages et la ville de Siglufjördur. L’action de Nátt se situe durant l’éruption du volcan Eyjafjallajökull, plongeant la ville de Reykjavik et une bonne partie de l’Islande dans un nuage de cendre et l’obscurité. Ari Thor devra alors enquêter sur le meurtre d’un des habitants de Siglufjördur ayant eu un noir secret de son vivant… Ce qui est intéressant dans Nátt, ce sont les différents fils rouges qui composent le récit. Certains s’entrecroisent, d’autres pas, sans que cela ne devienne compliqué ou incompréhensible. La lecture est agréable et facile et le rythme un peu plus rapide que dans Snjór. L’évolution des personnages est lente mais ne m’a pas dérangée outre mesure. Au final ce qui me plait le plus, c’est l’ambiance que Ragnar Jónasson arrive à créer dans ses romans, il est assez agréable de s’y plonger et de se laisser porter.

Recette : la potion digère-tout

Celleux qui me connaissent le savent, je suis une grande chipoteuse et créatrice de « potions » en tout genre. J’ai longuement réfléchis à une recette que je pourrais partager avec le plus grand nombre de personnes et je me suis dit que nous avons tous bien besoin d’une aide magique pour digérer et apaiser nos bidous après les fêtes de fin d’années. 

J’ai fait des recherches sur les plantes que j’ai utilisées afin qu’elles soient utilisables par tous et sans effet secondaires mais restez tout de même vigilant.e.s si vous avez un soucis en particulier, je ne suis pas médecin et je ne connais pas vos antécédents médicaux 😉.

Quoi qu’il arrive, ce n’est pas une tisane à boire tous les jours car le dictame, bien qu’inoffensif s’utilise avec parcimonie. Si vous ne trouvez pas le fameux dictame (qui ne pousse qu’en Crête, il faut le savoir), la tisane s’utilise très bien sans. Pour les personnes menstruées, il peut également être remplacé par des feuilles de framboisier, qui facilitent la régularisation des cycles menstruels et soulage les douleurs et les crampes. Outre les douleurs menstruelles, on peut également remplacer le dictame de Crête par de la mélisse, qui en plus d’aider la digestion, possède des vertus calmantes et antistress. 

Je vous livre donc la « recette » de ma tisane magique qui permet de ne pas rouler sous la table, même après un buffet de sushis à volonté et une triple raclette (si, si). Mon petit pied de nez aux publicités et autres programmes de « remises en forme » qui pullulent chaque année durant le mois de janvier, c’est de vous livrer mon secret pour continuer à manger à outrance sans en subir les conséquences 😜. 

Ingrédients (pour un mug)

Dictame de Crète – 0.6g
Menthe poivrée – 0.5g
Fenouil (graine) – 0.4 g
Mauve (fleur) – 0.5g

Laisser infuser pendant 5min dans de l’eau bouillante. Et voilà, c’est prêt!

Les vertus 

Alors, pourquoi ce mélange en particulier? J’ai fait plusieurs essais car je souffre énormément de maux de ventres et de soucis de digestions de manière générale. J’ai donc cherché une solution plus douce que les médicaments étant donné que l’usage que j’en fais est assez fréquent.

La réputation de la menthe poivrée n’est plus à faire quant à ses propriétés digestives, elle stimule la sécrétion biliaire, est antispasmodique et apaise les coliques, lutte contre les nausées et les aigreurs d’estomac. Je l’utilise également pour son goût frais pour relever un peu par rapport aux autres plantes.

Le fenouil, quant à lui aura une action plus ciblée sur le ballonnement et les gaz intestinaux (fraicheur, quand tu nous tiens), je l’utilise principalement en graines par soucis pratique, il suffit de les broyer légèrement au pilon avant de les infuser.

J’ai découvert le dictame de Crête lors d’une virée interminable en vélo dans les montagnes Crétoise, mais ceci est une toute autre histoire. Au sommet du petit village dans lequel j’avais alors trouvé fortune, de l’ombre et un banc se trouvait une boutique fourre-tout, entre la boutique souvenir et l’herboristerie de village. C’est là que mes yeux se sont posés pour la première fois sur le dictame, qui est en fait une plante de la même famille que l’origan mais qui ne pousse qu’en Crête. C’est un peu compliqué de trouver des renseignement sur cette plante mais elle fait un peu de tout : revigorante, antiseptique, anti rhume, aphrodisiaque, stimulant digestif, lutte contre les crampes douloureuses et antioxydante. C’est devenu un de mes atout principaux lors de la confection de mes « potions » et ça m’a jusqu’ici toujours réussi.

Enfin, j’utilise la fleur de mauve car elle adoucit les tissus enflammés des organes digestifs et favorise le transit. De plus, elle laisse une couleur bleu vif au début de l’infusion qui est du plus bel effet!

Ouvrages consultés 

  • Les tisanes qui soignent de Caroline Gayet
  • Les plantes et leurs noms, Histoires insolites de François Couplan
  • 250 remèdes naturels à faire soi-même de Claudine Luu

Astro Book Challenge 2021 : Pile à lire

Pour bien commencer l’année, je me suis concocté une pile à lire du feu de dieu. Mon challenge personnel pour cette année était avant tout de trouver des livres qui rassemblaient un maximum de thèmes pour chaque catégorie proposée. Parfois, c’était assez compliqué, donc j’ai tout simplement coupé les thèmes par groupe de deux par facilité. Comme on peut le remarquer, j’ai eu beaucoup de mal à décider lorsqu’il s’agissait de certaines catégories, j’ai alors opté pour plus ou moins de livres en fonction de mes affinités. Si vous êtes curieux.ses de savoir ce que j’en ai pensé, cliquez sur l’image du livre qui vous intéresse 😉.

Rare image de moi, préparant ma pile à lire
Continuer la lecture de Astro Book Challenge 2021 : Pile à lire