Magie élémentaire : le feu

Hey, hey, hey Witches! Je vous propose en ce jour de sabbat, un tout nouveau format d’article, dédié à la magie élémentaire que je pratique majoritairement. La magie élémentaire, comme son nom l’indique trouve sa source dans les éléments (le feu, l’eau, l’air, la terre entre autres) et vous pouvez y avoir recours pour diverses raisons. Les éléments sont avant tout symboliques et nous permettent de faire appel à une puissance naturelle hors de notre contrôle. En ce qui concerne le feu, celui-ci peut également être utilisé à des fins divinatoires, cette pratique s’appelle la pyromancie et consiste à lire dans les flammes.

Si vous me suivez depuis un petit temps, vous savez également que le feu a toute son importance dans la célébration des sabbats, à la fois car il représente le soleil dans le cycle saisonnier mais également parce qu’il est un vecteur de purification. Il est assez fréquent de retrouver des rituels et traditions autour de l’élément feu lors des sabbats, que ce soit pour Yule avec la bûche ou les rituels de bannissement de Samhain. La raison pour laquelle je commence cette série d’article avec le feu est donc liée aux futurs sabbats : Beltaine, Litha et Lughnasadh (Lammas) qui sont en lien direct avec cet élément.

Continuer la lecture de Magie élémentaire : le feu

Sortilège d’amour… de soi

Aaah l’amour! Peut-être le voyez-vous partout en ce moment grâce aux multiples offres de St Valentin… Je ne sais pas vous mais cette « fête » m’est toujours sortie par tous les trous! (uhuh) Je n’ai jamais compris son intérêt, si ce n’est pousser à la consommation. J’aurais d’ailleurs pu vous concocter une potion d’amour pour l’occasion mais je n’en ferai rien et ce pour plusieurs raisons. La première, c’est que ça n’entre tout simplement pas dans ma pratique. La Saint Valentin c’est avant tout une fête chrétienne dérivée elle-même des Luppercales qui était une fête de purification durant laquelle on pratiquait des sacrifices… Rien à voir avec l’angelot nu qui s’amuse à transpercer les cœurs avec ses flèches et autres mièvreries qu’on pourrait visualiser aujourd’hui. La seconde raison, et la plus importante, c’est que les sorts d’amour dirigés vers une autre personne que soi… bah c’est quand même vachement malsain. Je ne vous ferai pas tout un laïus sur le consentement et le libre arbitre car j’espère que vous êtes assez bienveillant.e.s et déconstruit.e.s pour comprendre par vous-même en quoi cela est problématique.

Par contre, ce n’est pas parce que je tiens un discours véhément sur cette fête que je boude l’amour et les formes de magies qui y sont reliées. On va juste dire que j’y met mon petit twist personnel en me concentrant plutôt sur les relations et l’amour dans son sens le plus universel. J’en viens donc aux faits et à ce que je vais vous proposer dans cet article… Vous le savez peut-être, ma pratique est essentiellement centrée sur le bien-être et lorsqu’on parle d’amour, qu’il soit platonique, amical, familial ou romantique (vous avez compris, peu importe!) ce qui m’apparait comme primordial c’est d’abord d’apprendre à s’aimer soi-même! Vous pouvez souffler et lever les yeux au ciel mais dans le fond, vous savez que c’est parfois la chose la plus difficile à faire.

Je me suis donc creusé les méninges et j’ai plongé dans les bouquins pour vous proposer une aide magique afin d’ouvrir votre cœur, pour prendre confiance en vous et pour vous montrer bienveillants envers vous-même. Car comme dirait le grand maître Ru : « Si tu ne peux pas t’aimer, comment tu penses pouvoir aimer quelqu’un d’autre, bordel?! »*

* If you can’t love yourself, how in the hell are you gonna love somebody else?!

Sortilèges et Rituels

Comme je suis quelqu’un de très généreux (si, si), je vous ai préparé plusieurs choses. La première est un sortilège de manifestation assez simple, afin de se rendre réceptif aux sentiments positifs et être prêt à recevoir un peu de love, on va considérer ça comme les préliminaires magiques. La seconde est une recette de sels de bains d’amour envers soi-même, pour se chouchouter et s’accorder tout ce qu’on mérite : le meilleur! Enfin, je vous donnerai la marche à suivre pour réaliser une pochette de bienveillance à emporter partout avec vous, pour vous aider en toutes circonstances!

Programme spécial "Self Love"
Page 2 : Le Sortilège de Manifestation
Page 3 : Les Sels de Bain d'Amour-propre
Page 4 : Le Pochon de Bienveillance

Comme d’habitude, n’hésitez pas à faire vos propres recherches lorsqu’il s’agit des recettes que je vous propose car je ne connais pas vos antécédant médicaux. La recette des sels de bains ne convient par exemple pas du tout pour une personne enceinte car elle contient des huiles essentielles, restez safe!

DIY – Les fioles magiques

Bonjour, bonjour witches! Je vous reviens en forme avec un tutoriel de fiole magique. Vous connaissiez déjà les potions et les rituels mais connaissiez vous déjà les fioles? Je les vois un peu comme des intentions et sorts en bouteilles et il est possible d’en faire de toutes les sortes! En général, je me concentre sur le bien-être et la confiance en soi, j’ai d’ailleurs déjà partagé la recette de la fiole porte-bonheur que j’avais mise au point l’année dernière. J’ai donc continué à potasser mes tableaux de correspondance afin de faire d’autres fioles plus personnalisées et ciblées sur des besoins en particulier. Je vais donc détailler ici les étapes à réaliser lors de la conception d’une fiole ainsi que quelques astuces glanées au fil du temps.

Choisir sa fiole

La première question que vous allez naturellement vous poser avant de confectionner une fiole sera : dans quel but? Est-elle pour vous, pour quelqu’un d’autre ou encore pour un endroit? Comment souhaitez-vous quelle agisse? Par exemple, il est parfaitement envisageable de faire une fiole dont le but sera de protéger un lieu et ses habitant.e.s ou encore de cibler un problème particulier pour une personne précise. Vous pourriez offrir une fiole à votre petit frère qui commence les études supérieures pour l’aider à se concentrer et lui apporter de la chance dans les études ou encore vous confectionner une fiole de confiance en soi à utiliser dans les moments de doutes. Tout est possible et tout est permis. Réfléchissez donc bien à l’intention que vous aimeriez transmettre via cette fiole car tout le reste en dépendra.

L’étape suivante consiste à choisir le bon récipient, ça parait peut-être superflu de prime abord mais ça peut vraiment changer la façon dont vous l’utiliserez. Lorsque j’ai mis au point les fioles porte-bonheur, qui étaient pensées pour être à la fois efficaces et offertes (donc esthétiques), j’ai choisi des fioles de taille moyenne, la base équivalent plus ou moins à une paume de main pour que les personnes à qui j’allais les offrir puissent les utiliser à des fins décoratives tout en restant personnelles.

Quelques conseils dans le choix de la fiole

– les dimensions : favorisez des petites tailles afin d’économiser les ressources.
– le matériaux : évitez le métal, surtout si vous comptez utiliser des cristaux. Les changements de température ainsi que la nature du métal impacteront trop le contenu. Je me dirige toujours vers le verre car les choix sont nombreux.
la couleur : en magie, chaque couleur possède une signification, c’est pourquoi je me dirige le plus souvent vers des contenants transparents. En plus, on peut voir ce qu’il y a dedans et focaliser son attention sur un ingrédient en particulier.
la forme : pensez pratique, une fiole qui ne tiendrait pas debout deviendrait rapidement encombrante. Le reste, c’est une question de goût.
le bouchon : une des étapes de la confection de la fiole est de la sceller à la cire. Le but étant d’y enfermer une intention ou un sort. Les bouchons en liège sont assez adaptés, évitez par contre les pots qui se clipsent.

Quels critères prendre en compte?

la personne à qui la fiole est destinée : prenez en compte ses goûts et sa sensibilité. Si la personne n’est pas trop branchée ésotérisme elle ne souhaitera peut-être pas se retrouver avec une fiole énorme au milieu de son salon.
l’utilisation : si vous souhaitez emporter la fiole avec vous (entretiens, besoin d’être rassuré.e), favorisez une mini fiole voir une fiole-pendentif. Pensez pratique.
la signification : entre une fiole de guérison, d’amour ou de protection contre un ennemi, il y a tout un monde et certaines fioles se portent mieux lorsqu’elles sont cachées à l’abri des yeux indiscrets…
l’esthétisme : souhaitez-vous en faire un bel objet ou cela n’est il pas important? Il est possible de faire de très jolies choses avec les fioles, ainsi une fiole finement travaillée avec un bouchon en liège n’aura pas le même effet qu’un mini pot à confiture.

Continuer la lecture de DIY – Les fioles magiques

Bains de forêt : se ressourcer avec la nature

Coucou witches! Aujourd’hui, je souhaitais vous parler des « bains de forêt », si vous n’en avez encore jamais entendu parler il s’agit simplement de promenades prises en pleine conscience au milieu de la nature. Il existe quelques ouvrages qui en parlent, notamment : Shinrin Yoku – L’art et la science du bain de forêt – Comment la forêt nous soigne du Dr Qing Li, qui va brosser en long et en large les bienfaits des bains de forêt à l’aide d’études et preuves scientifiques mais qui explique également la tradition des bains de forêt à la japonaise, appelés shinrin-yoku

Vous vous doutez bien qu’en tant que Green Witch qui se respecte, je suis complètement amoureuse de la forêt et chaque passage au milieu des arbres me ressource, m’apaise et me donne de l’énergie. J’ai la chance d’avoir une forêt à quelques pas de chez moi, que je commence à bien connaître car j’y fais pas mal de randonnées mais je n’ai essayé le shinrin-yoku qu’il y a peu de temps. D’un tempérament plutôt impatient, j’ai beaucoup de mal à prendre du temps et à ralentir, c’est pourquoi l’exercice me paraissait si adéquat. Fidèle à moi-même, je me suis donc renseignée sur le sujet et j’ai plongé la tête la première dans les livres. 

De prime abord, ces bains de forêts, vantés par quelques witch et naturopathes m’apparaissaient comme relativement intenses et ce n’était pas quelque chose que je souhaitais partager avec des inconnus. J’avais également cette sensation que certains de ces bains de forêt organisés participaient avant tout d’un effet de mode, faites donc bien attention aux personnes que vous choisissez comme guides. La pratique du shinrin-yoku peut à mon sens être pratiquée sans l’aide de personne mais je comprends que certain.e.s ressentent le besoin d’être guidés et encadrés. Si vous faites partie de ces personnes et que vous habitez à Bruxelles, je vous invite à aller voir le site de terre et conscience, qui propose des ateliers au fil des saisons. Du reste, je vous propose de découvrir les bases du shinrin-yoku, vous en expliquer les bienfaits et diverses façons de le pratiquer. 

Continuer la lecture de Bains de forêt : se ressourcer avec la nature