PAC : Bilan des lectures de Novembre

La Constance du Prédateur – Maxime Chattam

Lorsque Maxime Chattam sort un nouveau roman, on peut être presque sûr qu’il sera entre mes mains dès sa sortie! J’ai découvert sa plume et son univers macabre il y a de ça 20 ans (2002 bon sang, ça pique de dire ça!) avec l’Âme du mal et je n’ai plus décroché depuis! Je pense que je lirai des Chattam aussi longtemps qu’il y en aura. Si ça ce n’est pas un coup de foudre littéraire, je ne sais pas ce que c’est!

Éditeur : Albin Michel
Publication originale : 2022
Genre : Thriller
Nombre de pages : 448

Ils l'ont surnommé Charon, le passeur des morts. De son mode opératoire, on ignore tout, sauf sa signature, singulière : une tête d'oiseau. Il n'a jamais été arrêté, jamais identifié, malgré le nombre considérable de victimes qu'il a laissées derrière lui. Jusqu'à ce que ses crimes resurgissent du passé, dans les profondeurs d'une mine abandonnée…

C’est toujours un peu la fête lorsqu’un nouveau Chattam est annoncé, si bien que je m’empresse de le précommander au plus vite. Pour celui-ci, je dois bien avouer que l’enjaillement n’était pas à son maximum car je n’ai jamais réellement cliqué avec le personnage de Ludivine. Ce qui m’intéressait avant tout c’était l’enquête et le tueur. Je me suis donc interrogée par rapport à ce personnage durant ma lecture et j’ai mis le doigt sur quelques fragments de réponses.

Cette fois-ci, Ludivine est de retour dans un poste tout à fait différent, fini l’enquête classique, désormais c’est directement dans la psyché du tueur qu’on se retrouve, avec ses lots d’hypothèses et de fausses pistes. Pour moi, ça a été un peu la révélation car l’évolution du personnage est assez frappante dans ce roman. Je suis enfin parvenue à dire ce qui me dérangeait chez elle, pour une raison que je ne m’explique pas, je m’en distancie tellement que je sors systématiquement du récit. Je parviens à m’identifier à elle mais par moments, je lève les yeux au ciel en m’exclamant que « ça, on voit bien que c’est un homme qui l’a écrit ». C’est pas encore gagné pour Ludivine mais ça s’améliore nettement!

J’ai d’ailleurs remarqué un effort pour mettre les femmes à l’honneur à travers le roman et les dédicaces. Que ce soit par la dénonciation des conditions de travail des femmes et la lutte qu’elles ont pour se faire respecter par les hommes qui ne les perçoivent que comme des bouts de viandes mais aussi en parlant de la charge mentale qui est révoltante jusqu’à la fin pour l’un des personnages. Il y a également un gros effort dans l’humanisation des victimes qui ne sont plus seulement réduites à des corps-trophées ou encore dans la mise en scène de personnages féminins forts. C’était un chouya maladroit par moments mais j’ai beaucoup aimé la démarche. Le décalage est d’autant plus saisissant lorsque tout ceci est confronté à l’horreur de la situation et à la mentalité du tueur. Franchement, c’était la partie du roman la plus terrifiante à mes yeux.

Ce n’est pas la première fois que la thématique de la noirceur des hommes est explorée, bien au contraire et j’ai aimé retrouver les éléments de réflexions déjà présents dans les premiers romans. C’est du Chattam tout craché et je ne m’en lasse pas. Je suis toujours aussi fascinée par la maîtrise du sujet, avec cette question sur l’origine du mal qui reste toujours en suspens. Je ne peux pas me targuer d’avoir tout deviné dès le départ car je n’y parviens en général pas avec lui mais j’avais tout de suite deviné qu’il s’agirait d’une histoire qui se déroulerait à travers les générations. De l’origine à la transmission du mal, il n’y a qu’un pas et c’est précisément le sujet qui est exploré ici. Le talent de l’auteur pour écrire et mettre en scène le mal et la perversion ne cessera jamais de m’épater, on s’inquièterait presque pour sa santé mentale tant il est convainquant…

Publié par

Cassy Own

Créatrice de l'Antre de la Green Witch, je suis une mangeuse de livres le jour, sorcière la nuit et couteau suisse au quotidien. J'ai rassemblé mes passions en un seul endroit pour les partager et échanger un petit bout de ma magie avec le monde (et l'univers!).

Une réflexion sur “PAC : Bilan des lectures de Novembre”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s