Astro Book Challenge – Rendez-vous avec la mort…

La Faucheuse, tome 1Neal Shusterman

Commençons donc notre voyage dans l’Au-delà avec une petite pépite que j’ai eu le plaisir de découvrir. Je suis tombée dessus dans ma recherche de livre traitant de la mort avec originalité et j’ai été plus que servie! Dès la quatrième de couverture, le ton est mis, nous allons suivre l’histoire des Faucheurs, ceux qui mettent un terme à l’existence – désormais éternelle – de certains membres de la population. Je vous avais promis un rendez-vous avec la mort, que diriez-vous donc de rencontrer la grande faucheuse et de la suivre dans ses activités? Nous nous trouvons donc dans un futur « pas si » lointain où la mort ne fait plus partie du quotidien (ou presque). Bon on est aux alentours des années 2500 mais quand on est immortel ça passe rapidement… je suppose. Le hic pour moi, c’est que c’est un roman jeunesse (ou jeune adulte si vous préférez) et j’avais un peu peur que ce soit un peu surfait ou pas assez creusé. Je me suis tout de même laissée tenter et j’ai eu bien raison!

Éditeur : R Jeunes Adultes
Publication originale : 2017
Genre : Anticipation, Jeunesse
Nombre de pages : 504

Les commandements du Faucheur :
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d'immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t'ont résisté.

MidAmérique, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu'en étant tué aléatoirement ("glané") par un faucheur professionnel. Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs ; et, bien qu'ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l'art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité. Mais seul l'un des deux adolescents sera choisi comme apprenti à part entière, et lorsqu'il devient clair que la première tâche du vainqueur sera de glaner la vie du perdant, Citra et Rowan se retrouvent dressés l'un contre l'autre bien malgré eux...

Lorsque que je me suis lancée dans la lecture, je pensais qu’il s’agissait simplement d’un livre pour ado classique avec un rite d’initiation, une découverte de l’univers et du concept des faucheurs. Comme j’étais naïve! Alors, tout ce que j’ai cité auparavant est bien présent dans le roman mais celui-ci va beaucoup plus loin que ça et j’en ai été ravie. Ce bouquin est truffé de réflexion et interrogations sur la mort, la moralité et l’éthique quant à la profession de faucheur mais porte également un regard critique envers cette société « utopique ».

Si je place ce dernier mot entre guillemets, c’est parce qu’à mes yeux, ce futur m’a tout l’air d’être scabreux. C’est un monde qui depuis plusieurs générations ne connait pas la mort naturelle, la douleur et dans laquelle les émotions sont régulées. Attention, je ne dis pas que l’idée de voir mes blessures s’auto-soigner, ne plus être malade, ne plus avoir de crampes menstruelles ou pouvoir réguler mes sautes d’humeurs ne me séduit pas mais l’idée de vivre pour toujours… Brrr pourquoi faire?! Ça m’a tout l’air d’être très ennuyeux. Parce que c’est bien beau de vivre pour toujours mais pas dans cette société aseptisée qui m’a vraiment fait froid dans le dos. Au plus j’en apprenais sur elle, au plus elle m’horrifiait. Ce roman a soulevé un nombre incalculable de questionnements existentiels dans mon esprit. Je me suis demandée si le manque de douleur impactait sur la capacité à ressentir : si le danger n’existe plus, est-ce qu’on ne deviendrait pas tous insouciants voire négligeant? Si nos émotions sont régulées au point de ne plus rien ressentir intensément, qu’est-ce qu’on devient au final? Fort heureusement pour moi, certains de mes questionnements sont également abordés dans le livre et je l’ai aimé d’autant plus.

Un autre aspect que j’ai beaucoup apprécié est la façon dont la communauté des Faucheurs est traitée. Les gens se comportent avec eux à la fois comme s’ils étaient des célébrités et à la fois des parias, leur accordant des faveurs et faisant milles courbettes pour leurs plaire, dans l’espoir (vain) d’être épargné mais en les fuyant comme la peste quand cela est possible. Je pense que c’est vraiment ce qui arriverait si on mettait en place un tel système et ça m’a fait sourire. Je parlerai enfin un peu de l’intrigue, que j’ai trouvée bien menée dans son ensemble. Je n’ai pas été surprise par la tournure des événements et j’avais deviné quelques éléments clef du récit mais j’ai quand même été ravie de lire leur déroulement. C’est un roman très agréable à lire et qui ne m’a pas déçue, bien au contraire! Je le recommande chaudement à celleux qui n’ont pas peur de se frotter de près à la grande faucheuse.

Publié par

Cassy Own

Créatrice de l'Antre de la Green Witch, je suis une mangeuse de livres le jour, sorcière la nuit et couteau suisse au quotidien. J'ai rassemblé mes passions en un seul endroit pour les partager et échanger un petit bout de ma magie avec le monde (et l'univers!).

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s