CWC : Bilan des lectures de Janvier

Damnés – Chuck Palahniuk

Lorsque j’ai commencé mes recherches afin de trouver un livre correspondant aux thèmes enfer, démon et forces obscures, je suis tombée sur celui-ci. Je n’avais encore jamais lu de livres de Chuck Palahniuk mais je savais qu’il était l’illustre auteur de Fight Club et j’étais curieuse de découvrir sa plume. Je viens donc valider la catégorie « Père Fouettard » du menu « Hiver sombre » avec cette histoire scabreuse aux descriptions sordides.

Éditeur : Points
Publication originale : 2011
Genre : Science-Fiction, Satire
Nombre de pages : 312

Madison, 13 ans, est la fille d'une star du cinéma et d'un producteur milliardaire. Élevée dans la religion du fun et de la culture pop, elle passe un Noël ennuyeux seule dans son pensionnat en Suisse, tandis que ses parents se consacrent à leurs projets professionnels et à l'adoption d'orphelins du tiers-monde. Mais un événement inattendu va venir illuminer ses vacances : sa mort subite. Débarquée en enfer, elle y fait la connaissance d'une bande de jeunes marginaux, une jolie fille, un sportif, un geek et un rocker, soit la version Six Feet Under de Breakfast Club.

Comme je le dis si bien : quel est le feuque? Franchement, ce livre c’était vraiment du grand n’importe quoi. J’ai bien compris qu’on se situait dans la satire et la critique des rich and famous d’Hollywood mais j’ai du passer à côté de quelque chose. Bref, je n’ai pas du tout accroché. Je n’ai vraiment pas aimé le style de l’auteur que j’ai trouvé vulgaire tandis que les descriptions et dialogues m’ont ennuyée. On pourrait dire que certains passages sont choquants mais j’ai plutôt eu l’impression de me retrouver entourée d’enfants faisant des blagues pipi-caca en se gaussant de leur traits d’esprits. En d’autres mots, j’étais blasée.

Venons en ensuite aux personnages, tous plus infernaux les uns que les autres. Je n’ai pas eu une once de sympathie pour Madison, notre personnage principal dont les jérémiades en début de chapitre m’ont donné des envies de meurtre. J’ai véritablement pété un câble pour chaque « j’ai 13 ans, je suis grosse et moche mais je connais ce mot ou je ne suis pas débile! » que j’ai pu lire (et il y en a beaucoup!). Donc non seulement elle est morte et en enfer, mais elle parvient encore à nous torturer avec son manque de confiance et son envie de se faire remarquer par Satan. La cerise sur le gâteau, c’est qu’elle rencontre d’autres personnages sans intérêt et tout aussi caricaturaux qu’elle. Au programme : le Breakfast Club découvre les cascades de merde, lacs de vomis et dunes de pellicules, on aime, on adore!

Je ne parlerai même pas du « twist » de fin ou encore des révélations sur la mort de Madison car ça n’a aucun intérêt. J’en suis arrivée à la conclusion que ce livre était en fait une mise en abyme particulièrement efficace car le lire a été pour moi un véritable enfer.

Publié par

Cassy Own

Créatrice de l'Antre de la Green Witch, je suis une mangeuse de livres le jour, sorcière la nuit et couteau suisse au quotidien. J'ai rassemblé mes passions en un seul endroit pour les partager et échanger un petit bout de ma magie avec le monde (et l'univers!).

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s