CWC : Bilan des lectures de Janvier

La Belle Sauvage – Philip Pullman

Quelle meilleure façon de commencer l’année que de se replonger dans une saga qu’on affectionne depuis son adolescence? Pour me lancer dans 2022, j’ai donc décidé de lire le premier tome de la Trilogie de la Poussière : La Belle Sauvage de Philip Pullman dont l’action se déroule 10 ans avant l’histoire contée dans la trilogie À la croisée des mondes. Si vous ne connaissez pas encore la trilogie originale, on y suit Lyra, âgée de 10 ans et son dæmon Pantalaimon dans une aventure qui l’amènera au fin fond de l’Arctique et plus loin encore. Nous évoluons donc dans un monde différent du notre où chaque être humain possède un dæmon, soit une partie d’eux même sous forme animale dotée de parole et de pensée et dont ils ne peuvent se séparer. Si un dæmon meurt, son humain meurt et inversement. Je vous conseille donc vivement de lire « À la croisée des mondes » avant de vous lancer dans La Belle Sauvage car vous risqueriez de ne pas saisir tout ce qu’il se passe et louper quelques instants clés du récit. Il existe par ailleurs une adaptation télévisée de la saga : His Dark Materials avec nul autre que James McAvoy. Je ne dis pas souvent ça mais elle est vraiment très bien réalisée et fait honneur aux livres.

Je possède ce livre depuis sa sortie, et pourtant je ne m’étais encore jamais lancée dans la lecture qui me démangeait pourtant. C’est totalement par hasard que je m’y suis essayée, car j’ai eu la grande chance de remporter le second tome de la série via une opération Masse Critique de Babelio. Quand l’univers envoie un signe, je décide généralement de suivre le mouvement! Après avoir inspecté les catégories du CWC, je l’ai intégré à « Danse de la fée dragée » du menu « Magie de noël » pour les thèmes Fée, Fantasy et Fantastique.

Éditeur : Gallimard jeunesse
Publication originale : 2017
Genre : Fantasy, Jeunesse
Nombre de pages : 544

Dans l'auberge tenue par ses parents, Malcolm, onze ans, voit passer de nombreux visiteurs. Certains sont étrangement intéressés par un bébé, Lyra, et son dæmon, Pantalaimon, gardés par les nonnes du prieuré voisin. Qui est-elle ? Quels secrets, quelles menaces entourent son existence ? Pour la sauver, Malcolm et Alice, sa compagne d'équipée, s'enfuient avec elle sur La Belle Sauvage dans une nature déchaînée.

J’ai lutté de nombreuses années avant de me lancer dans La Belle Sauvage. Pas que je craignais être déçue bien au contraire, ce que je craignais, c’était de dévorer le tome et de me retrouver à l’agonie car la suite n’était pas encore publiée. J’ai fini par craquer et je dois avouer que ça m’a fait un bien fou de retrouver l’univers de Lyra même si je suis désormais à l’agonie car le 3ème et dernier tome n’est toujours pas annoncé. Cette histoire se déroule donc 10 ans avant les événements relatés dans Les royaumes du nord, lorsque Lyra n’était encore qu’un bébé. J’ai beaucoup aimé en apprendre plus sur ce monde, sa politique et son fonctionnement mais aussi de voir comment se comportent les bébés et bébés dæmon car même si c’était une question que je ne m’étais pas posée, j’étais très curieuse de voir comment ça se goupillait.

J’ai lu la trilogie originelle lorsque j’étais adolescente et je n’ai pas (encore) fait de relecture depuis mais cela ne m’a pas empêchée de replonger la tête la première dans l’univers du livre et de relier les deux histoires sans difficultés. Les quelques mystères autour de Lyra et de sa présence au Jordan College nous sont révélés et nous retrouvons des personnages tels que Lord Asriel et Marisa Coulter. L’histoire est donc ce qu’on appelle une « origin story » et si elle tire parfois un peu en longueur, je me suis délectée de chaque instant. La plume de Philip Pullman est toujours aussi agréable à lire et ses personnages ne manquent jamais de profondeur. Ces derniers : Alice et Malcom sont par ailleurs aussi attachants que Bonneville et sa hyène sont effrayants. Le lien à la magie est renforcé lui aussi suite aux pluies diluviennes qui viennent bouleverser l’ordre des choses. Après les sorcières et les ours qui parlent, nous faisons désormais place aux fées et aux mondes oniriques sous terrains.

En définitive, je ne regrette pas d’avoir enfin craqué car c’est un livre qui se lit vraiment tout seul et qui m’a vraiment plu. Je me suis laissée porter avec joie à travers les 544 pages du bouquin et j’ai été surprise lorsque je suis arrivée à la fin. C’est une réussite complète pour moi et je trépigne déjà d’impatience en attendant que le second tome arrive dans ma boite aux lettres!

Publié par

Cassy Own

Créatrice de l'Antre de la Green Witch, je suis une mangeuse de livres le jour, sorcière la nuit et couteau suisse au quotidien. J'ai rassemblé mes passions en un seul endroit pour les partager et échanger un petit bout de ma magie avec le monde (et l'univers!).

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s