PAC : Bilan des lectures de Novembre

Le Chat qui venait du ciel – Takashi Hiraide

Dans ma quête d’un automne cosy, je me suis inévitablement tournée vers la littérature japonaise que je connais encore trop mal. Pour satisfaire l’une de mes grande passion : les chats, j’ai donc décidé de me tourner vers « Le chat qui venait du ciel » , premier roman du poète et écrivain Takashi Hiraide. Je le place dans la sous-catégorie « Il suffit de se souvenir de rallumer la lumière » pour le mot-clé émotion du menu « Automne douceur de vivre » . Pour cette même catégorie et le mot-clé feel good, j’ai également visionné le film « Easy A » de qui est l’un de mes film feel good préféré malgré le fait qu’il me pousse à écouter « Pocketful of sunshine » en boucle des heures durant.

Éditeur : Philippe Picquier
Publication originale : 2001
Genre : Fiction, poésie
Nombre de pages : 132

Quand le narrateur et sa femme emménagent un jour dans le pavillon indépendant d'une ancienne demeure japonaise, ils ne savent pas encore que leur vie va s'en trouver transformée.
Car cette demeure est entourée d'un immense et splendide jardin, et au cour de ce jardin, il y a un chat. Sa beauté et son mystère semblent l'incarnation même de l'âme du jardin, gagné peu à peu par l'abandon, foisonnant d'oiseaux et d'insectes. Tout le charme infini de ce livre tient dans la relation que le couple va tisser avec ce chat qui se fond dans la végétation exubérante pour surgir inopinément, grimpe avec une rapidité fulgurante au sommet des pins gigantesques, frappe à la vitre pour se réconcilier après une brouille. Un charme menacé, car ce qui éveille en nous la beauté et appelle le bonheur est toujours en sursis.

Si je devais décrire ce roman avec un seul mot, je dirais qu’il est contemplatif. Nous suivons le quotidien de l’auteur et de sa femme et de leur passion grandissante pour le chat qui se promène dans leur jardin. Le rythme est par conséquent très lent et la narration descriptive (parfois trop), on apprend comment sont disposées les pièces de la maison, quelles plantes et arbres vivent dans le jardin et nous découvrons les habitudes du chat, qui en réalité appartient aux voisins. J’ai été très surprise par le déroulement des choses et par la narration que je n’ai pas vraiment trouvée poétique. Je m’attendais à une histoire douce, feel good et j’ai découvert avec stupeur qu’il n’en était rien. De nombreux passages me sont complètement passés au dessus de la tête car je ne parvenais tout simplement pas à m’y intéresser. Ainsi, les sorties du couples et le sort des propriétaires me sont apparues d’un ennuis mortel, ce qui m’intéressait, c’était le chat. Globalement, j’ai trouvé que c’était un livre très étrange et je n’ai pas vraiment aimé de me retrouver dans le rôle d’une voyeuse passive, un peu comme si j’observais le couple à son insu. Je suis donc déçue mais je ne suis pas restée insensible à l’histoire, qui a réussi à me frustrer et m’émouvoir à plusieurs reprises.

Publié par

Cassy Own

Créatrice de l'Antre de la Green Witch, je suis une mangeuse de livres le jour, sorcière la nuit et couteau suisse au quotidien. J'ai rassemblé mes passions en un seul endroit pour les partager et échanger un petit bout de ma magie avec le monde (et l'univers!).

4 réflexions au sujet de “PAC : Bilan des lectures de Novembre”

    1. Hello ! Tout se passe bien pour moi, j’espère que c’est pareil de ton côté 😉

      J’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à le trouver aussi. J’ai un peu sauté dessus lors de ma dernière visite au Furet du Nord, j’ai d’ailleurs pris tous les livres de Bradbury que j’ai pu trouver dans le rayon, oups 😅.

      J’aime

Répondre à Cassy Own Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s