Les naufragés de la discorde – Jock Serong

Me revoici avec une chronique! J’ai eu l’immense chance de recevoir Les naufragés de la discorde dans le cadre de l’opération Masse Critique « Littératures » organisée par Babelio en septembre. Un grand merci donc à Babelio et aux éditions 10-18 pour cette découverte et ce magnifique bouquin. J’étais très curieuse de le découvrir, c’est un sujet et une période historique que je connais vraiment peu et que j’étais heureuse d’explorer.

Je n’oublie pas pour autant l’Astro Book Challenge (dont j’ai déjà préparé la version de 2022 👀) et ce livre me permet de valider la catégorie « C’est la loi de la jungle » du menu « La magie des plantes » pour les thèmes « Aventure » et « Contrées lointaines » .

Éditeur : 10-18
Publication originale : 2020
Genre : Thriller, Historique
Nombre de pages : 432

1797. Sur une plage, près de Sydney, un bateau de pêche vient en aide à trois naufragés squelettiques et à bout de forces. Ils sont les seuls survivants du Sydney Cove.
L'un ne parle pas, les deux autres font le même récit : une terrible marche, des centaines de kilomètres dans les terres hostiles du bush australien.
Le lieutenant Joshua Grayling, chargé de recueillir leur témoignage, doit aussi enquêter sur les quatorze membres de l'équipage morts pendant leur périple... Rapidement, les failles de leur histoire vont éclater, une histoire cousue de silences troubles et d'arrangements avec la vérité. Le périple des marins se révèle progressivement dans toute son horreur.
Que s'est-il vraiment passé sur le Sydney Cove ?

J’avais vraiment hâte de me lancer dans l’histoire, décrite comme un mélange entre Robinson Crusoé et Le Silence des Agneaux. Je m’attendais à une enquête et beaucoup de mystère et j’ai été réellement surprise par le ton et l’organisation des chapitres. J’ai eu beaucoup de mal à m’investir dans l’histoire et les personnages car je trouvais la narration très lente et que j’ai été prise de court par la tournure des événements.

Empathique de nature, j’ai été perturbée de ne pas parvenir à me soucier du sort des rescapés du naufrage. Je pense que l’aspect historique du récit m’a un peu bloquée car cela rendait l’horreur de la situation beaucoup trop réelle. J’ai par contre beaucoup aimé le personnage de Charlotte, un peu en marge avec la mentalité de son époque. J’ai adoré les interactions entre les personnages et l’histoire qui se déroule dans les non-dits. L’ambiance et la tensions sont tellement palpables que de nombreuses pauses ont été nécessaires, le temps de reprendre mon souffle.

Ce qui m’a particulièrement impressionnée, c’est la capacité de l’auteur à décrire les paysages, la colonie qui se met en place et les rapports entre les australiens autochtones, les colons et les naufragés bengali. C’est un ouvrage bien documenté et une belle critique de la colonisation et des mentalités conquérantes des européens désireux de s’enrichir au détriment de la nature et des habitants. La lecture a été longue et fastidieuse mais très intéressante!

Publié par

Cassy Own

Créatrice de l'Antre de la Green Witch, je suis une mangeuse de livres le jour, sorcière la nuit et couteau suisse au quotidien. J'ai rassemblé mes passions en un seul endroit pour les partager et échanger un petit bout de ma magie avec le monde (et l'univers!).

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s