Petits crimes japonais – Kyōtarō Nishimura

Voici un livre que je n’avais pas prévu de lire dans le cadre de l’Astro Book Challenge mais qui m’a été conseillé avec beaucoup d’entrain. Petits crimes japonais est un recueil de 8 nouvelles de l’auteur japonais Kyōtarō Nishimura. Il est l’un des auteurs de romans policier les plus populaires dans son pays et a reçu le prix Edogawa-Ranpo (ça ressemble au prix Edgar-Allan-Poe, mais c’est pas le même!). Je l’ai placé dans la catégorie « La roue tourne… les jeux sont faits » du menu « Les signes du destin« , pour les thèmes argent et drame.

Éditeur : Rivages
Publication originale : 1988
Genre : Policier
Nombre de pages : 218

Un homme, fasciné par les pickpockets, passe ses journées dans le métro ; un policier commet des délits pour envoyer de faux coupables en prison et les soustraire ainsi aux rigueurs de l'hiver ; un vieillard humilie les pauvres en jouant au « jeu de la charité » ; quelqu'un empoisonne les pigeons d'un temple en prenant soin d'avertir la police ; une jeune femme se sert de la pitié humaine pour commettre des crimes ; un vieil homme parle de sa passion du meurtre ; un étrange maître chanteur prend pour victime un coiffeur…
Huit nouvelles insolites et cruelles par l’un des maîtres du roman policier japonais, auteur d’une centaine de romans à succès et lauréat du prestigieux prix Edogawa Ranpo.

En me lançant dans la lecture de ce livre, je m’attendais à lire des enquêtes policières classique. Inutile de dire que j’étais bien loin du compte car les huit nouvelles rassemblées dans cet ouvrage sortent toutes de l’ordinaire. Je me suis retrouvée à rire d’événements affreux, à être faussement choquée devant le comportement de certains personnages pour finalement me prêter au jeu en imaginant les pires scénarios possibles. Je ne suis pas habituée à la littérature japonaise mais j’étais très curieuse de m’y plonger. J’ai donc choisi mon genre littéraire favoris pour m’y mettre et je n’ai vraiment pas été déçue. Si je devais décrire l’ambiance du livre en quelques mots, je dirais qu’il est atrocement délicieux ou superbement cruel. Les personnages sont souvent un peu déviants, les situations déroutantes et l’ironie du sort est telle qu’on ne peut s’empêcher de pouffer d’un rire nerveux. Le plus beau, c’est qu’on parvient parfaitement à s’identifier aux personnages et qu’on réalise bien vite, pour notre plus grande honte, qu’on aurait certainement pas mieux agi qu’eux dans la même situation. Si, comme moi, vous aimez l’humour noir et les retours karmiques, vous allez être plus que servi.e.s!

Publié par

Cassy Own

Créatrice de l'Antre de la Green Witch, je suis une mangeuse de livres le jour, sorcière la nuit et couteau suisse au quotidien. J'ai rassemblé mes passions en un seul endroit pour les partager et échanger un petit bout de ma magie avec le monde (et l'univers!).

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s