L’Illusion – Maxime Chattam

Le Pumpkin Autumn Challenge étant bien entamé, c’est avec une pointe d’amusement que je termine L’illusion de Maxime Chattam. Il vient valider la catégorie « Je suis médée, vieux crocodile! » du menu Automne frissonnant et correspond aux thèmes : trahison, thriller, horreur et épouvante. 

Éditeur : Albin Michel
Publication originale : 2020
Genre : Thriller, suspense, horreur
Nombre de pages : 464

Bienvenue à Val Quarios, petite station de ski familiale qui ferme ses portes l'été. Ne reste alors qu'une douzaine de saisonniers au milieu de bâtiments déserts. Hugo vient à peine d'arriver, mais, déjà, quelque chose l'inquiète. Ce sentiment d'être épié, ces "visions" qui le hantent, cette disparition soudaine... Quels secrets terrifiants se cachent derrière ces murs ? Hugo va devoir affronter ses peurs et ses cauchemars jusqu'à douter de sa raison... 
Bienvenue à Val Quarios, une "jolie petite station familiale" où la mort rôde avec la gourmandise d'une tempête d'été.

Pour commencer, je dirai que le roman porte très bien son titre et que je suis tombée dans le panneau! Dès le début, on se fait mener en bateau et trimballer par l’auteur sans ne rien pouvoir y faire. J’ai été complètement happée et obnubilée par l’histoire de Lucien Strada et de la station de ski mystérieuse qui semble avoir son lot de disparitions.

J’ai lu beaucoup de critiques quant au rythme du livre et il est vrai que la narration est relativement lente au début pour s’accélérer de plus en plus mais elle fait sens. L’intrigue est bien ficelée et plusieurs indices (certains révélés à la fin) mettent la puce à l’oreille sur ce qui se trame réellement à Val Quarios. Je n’ai pas été entièrement surprise car le titre en lui-même est évocateur mais je ne m’attendais tout de même pas à ça. Je trouve que l’ensemble est un peu tiré par les cheveux mais au final, pourquoi pas? L’ambiance présente pendant la lecture est anxiogène alors qu’il ne se passe parfois pas grand chose. Le côté étouffant du huis-clos est plus que réussi, que le personnage se trouve à l’intérieur ou à l’extérieur de la station et cela est la véritable force du récit. On doute, on émet des suppositions et on joue le jeu du détective avec Hugo. Comme lui, on sombre petit à petit dans la paranoïa en quête de la vérité. C’est un talent que de faire ressentir autant d’émotions durant une lecture et j’ai eu mon lot de frayeurs souhaitant à la fois me cacher les yeux et avide de découvrir le fin mot de l’histoire.

Le seul bémol pour moi était que les personnages étaient au final très peu attachants car on ne sait presque rien d’eux. Quand on y pense, c’est assez logique et accentuait la part de mystère en renforçant les suspicions sur chacun mais cela est assez dommage dans le cas du personnage principal pour qui je n’ai ressenti aucune émotion. La question que je me pose est la suivante : serait-ce voulu? Est-ce là une partie de l’illusion?

Publié par

Cassy Own

Créatrice de l'Antre de la Green Witch, je suis une mangeuse de livres le jour, sorcière la nuit et couteau suisse au quotidien. J'ai rassemblé mes passions en un seul endroit pour les partager et échanger un petit bout de ma magie avec le monde (et l'univers!).

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s